Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 17 Avril 2008 à 00:00

Saussez, un publicitaire de droite promu "M. anti-couacs" du gouvernement

Surnommé le Séguéla de droite, Thierry Saussez, fidèle de Nicolas Sarkozy, laisse derrière lui sa carrière de consultant politique indépendant pour devenir le "M anti-cafouillages" de l'exécutif en prenant la tête de la communication gouvernementale.

Les 500 campagnes électorales qu'il affiche à son compteur, M. Saussez les a toutes menées pour des candidats de droite, la dernière étant celle de l'actuel chef de l'Etat. Pourquoi? "Parce que je ne veux pas faire ce métier en mercenaire", a-t-il maintes fois avancé comme explication. Conseiller municipal UMP de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) depuis 1983 et candidat malheureux divers droite aux législatives en 2002, il arbore fièrement cette implication partisane.

Elle le différencie, selon lui, des autres conseillers en communication, et notamment de Jacques Séguéla, la star des "fils de pub" avec qui M. Saussez a écrit en 2007 un livre sur les campagnes présidentielles. Interrogé par l'AFP, M. Séguéla reconnaît que "ce mélange moitié homme de pub, moitié homme politique" fait de M. Saussez le meilleur choix possible pour devenir le "Monsieur anti-couacs" du gouvernement.

"Il y a longtemps qu'il s'y prépare", poursuit le publicitaire qui ne doute pas qu'il réussira à mettre en musique la communication gouvernementale sans heurter les susceptibilités que l'étendue de ses responsabilités pourrait provoquer. "Il a toute la confiance de Fillon et des ministres dont certains sont ses copains depuis des années".

Dès novembre 2005, M. Saussez, éternellement bronzé comme un vrai publicitaire se projetait après 2007 et se voyait devenir "un bon député et même un peu mieux" en cas d'élection de Nicolas Sarkozy. "Il a donné beaucoup de sa vie pour Nicolas" explique François Blanchard, spécialiste de communication politique qui a travaillé avec lui. "Il était là lors de sa traversée du désert, c'est un homme qui ne vous laisse jamais tomber", ajoute-t-il vantant sa "fidélité", son "humour" et son "abord facile".

Ses détracteurs lui reprochent d'avoir mis ces qualités au service d'hommes politiques africains contestés. Marié et père d'un fils, M. Saussez a entamé sa carrière en 1970 comme directeur adjoint du service publicité de la firme d'horlogerie Jaeger, avant de devenir durant dix ans (1972-82) collaborateur, puis directeur chez Michel Bongrand, l'homme qui a introduit le marketing politique en France lors de la campagne présidentielle du centriste Jean Lecanuet en 1965.

Il s'est imposé comme un faiseur d'images, auteur de livres sur la communication politique ("Politique séduction", "Le style réinvente la politique"). A 59 ans, il laisse donc derrière lui le privé -il a récemment vendu son entreprise Image et Stratégie, qui conseillait aussi des organisations professionnelles et des sociétés- pour prendre la tête du Service d'information du gouvernement, qu'il ambitionne de moderniser.

M. Saussez cumulera cette fonction avec celle de délégue interministériel à la communication, nouveau poste taillé sur mesure qui l'oblige à mettre de côté, provisoirement en tout cas, son "rêve": "conseiller Hillary Clinton".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution