Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 17 Avril 2008 à 00:00

Inquiétudes sur la compensation de la suppression de la publicité à France Télévisions

Les parlementaires socialistes membres de la commission Copé sur la nouvelle télévision publique, tout comme l'intersyndicale de France Télévisions, ont fait part mercredi de leur inquiétude sur la compensation de la suppression de la publicité sur France Télévisions.

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, a remis mercredi à Nicolas Sarkozy la première ébauche du projet de la commission. Elle préconise notamment une suppression progressive de la publicité entre 2009 et 2011 ainsi qu'une "simplification de la gouvernance par la création d'une entreprise unique de France Télévisions", pour remplacer les 49 sociétés actuellement coiffées par la holding.

Le député Didier Mathus a affirmé lors d'un point de presse des quatre parlementaires socialistes de la commission Copé que celle-ci "n'a aucune piste sur le financement de la suppression de la publicité". Il a estimé que la télévision publique était "en danger". "Le rapport d'étape ne répond pas à la question essentielle: l'audiovisuel public pourra-t-il en 2011 vivre sans ressource publicitaire", remarque le député Patrick Bloche.

"Nous avons des inquiétudes immédiates pour 2008 et 2009", a ajouté M. Bloche. "Le gouvernement doit trouver 150 millions d'euros et on ne sait pas quand et comment il va s'y prendre", a-t-il dit. Cette somme, selon une évaluation de la commission Copé, représente le manque à gagner sur les rentrées publicitaires du groupe France Télévisions pour 2008. "Le débat sur une augmentation de la redevance télé (pour compenser la suppression de la publicité, ndlr) reste tabou", a ajouté M. Bloche, en estimant qu'il "faudra bien parler de ce sujet un jour".

Le rapport d'étape rendu public mercredi ne fait pas mention de la redevance, mais la commission "insiste sur l'importance de ne figer aucune hypothèse en ce qui concerne le modèle économique de la télévision publique de demain". De son coté, l'intersyndicale de France Télévisions dénonce "le vide" du rapport d'étape. "Ce rapport, c'est le grand vide, l'absence de contenu, notamment sur le point principal qui nous inquiète le plus: le financement (de la suppression de la publicité sur France télévisions, ndlr)", a déclaré Carole Petit, du syndicat SNJ de France 3.

Pour sa part, la commission Copé, composée de 33 membres (des députés, des sénateurs et un collège professionnel), a estimé dans son rapport d'étape qu'il "n'y aurait aucun intérêt à définir un modèle économique sans avoir dessiné au préalable ce que sera la télévision publique dans cet environnement en pleine mutation". "Les moyens à mobiliser pourront être définis en fonction des objectifs visés", estime le rapport.

Les syndicats de France Télévisions ont par ailleurs fait part de leur inquiétude pour "le pluralisme de l'information". "Le choix en faveur d'une société juridique unique pourrait avoir, à terme, des conséquences sur le statut des salariés, sur l'autonomie des chaînes et les conventions collectives", a estimé Carole Petit.

Outre la suppression progressive de la publicité et la création d'une entreprise unique, le rapport d'étape préconise une modernisation de France Télévisions qui doit devenir un "global-média" présent sur tous les supports, avec une "ambition forte" en matière de contenus et une identité "affirmée" pour chacune des chaînes.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution