Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 23 Avril 2008 à 00:00

Galileo définitivement sur orbite et convoité par l'industrie

Le système Galileo, projet technologique phare devant permettre à l'Union européenne (UE) de rivaliser avec le GPS américain d'ici 2013, a pris définitivement son envol mercredi et va désormais entrer dans la phase délicate du partage des contrats industriels.

Dans un vote quasi unanime, les eurodéputés ont scellé le projet de radionavigation par satellite dans le marbre, en lui donnant une base juridique. Galileo, qui disposait déjà d'un budget et d'un plan de marche détaillé, est donc assuré de voir le jour. La Commission européenne et l'Agence spatiale européenne vont pouvoir lancer "d'ici l'été" les appels d'offres à l'industrie en vue de signer des contrats "avant la fin de l'année", a précisé devant les eurodéputés le commissaire aux Transports Jacques Barrot.

"Ce plan d'approvisionnement ne sera pas la chose la plus facile", a admis M. Barrot, en soulignant l'importance de "solliciter les PME" pour les contrats de sous-traitance dans les pays de l'UE. Le gâteau à distribuer (doté de 3,4 milliards d'euros jusqu'en 2013) sera divisé en six lots, objets de toutes les convoitises: satellites, lanceurs, logiciels, relais au sol, centres de contrôle, gestion de l'ensemble. Chaque lot sera attribué à un chef de file industriel, obligé toutefois d'en sous-traiter 40%.

Malgré les enjeux industriels en lice, "le projet jouit d'une énergie positive pour aller de l'avant", a déclaré à l'AFP le ministre slovène des Transports Radovan Zerjav, dont le pays préside actuellement l'UE. "Nous ne devions pas perdre de temps, au moment où la Chine se lance dans la bataille et où la Russie et les Etats-Unis prévoient d'améliorer leurs systèmes", a-t-il insisté.

Le feu vert parlementaire de mercredi est le fruit d'un "compromis" conclu non sans difficultés ces dernières semaines entre le Parlement, la Commission européenne et les Etats de l'UE. "Nous avons réussi à trouver un accord définissant la façon dont le Parlement jouera un rôle dans le projet", notamment son implication dans les futurs accords internationaux avec des pays non européens, s'est félicité le ministre slovène.

L'Union européenne va finalement être pleinement propriétaire des satellites de la constellation Galileo. Les industriels européens devaient à l'origine financer la moitié de cette phase de déploiement dans le cadre d'un partenariat public/privé. Minés par les désaccords et les retards, ils avaient été évincés. Ce changement de cap avait fait craindre l'enterrement pur et simple de Galileo, finalement sauvé par des fonds non utilisés du budget agricole européen, à la faveur de la flambée des prix des matières premières!

Il pourra être décidé à un stade ultérieur si "des partenariats entre secteurs public et privé, ou toute autre forme de contrats avec le secteur privé, sont appropriés pour l'exploitation et le renouvellement du système après 2013", précise le texte de compromis avec le Parlement. Contrairement aux systèmes américains GPS et russe GLOSNASS, mis en service durant la guerre froide à des fins militaires, Galileo sera le premier système mondial conçu a priori à des fins civiles.

Une utilisation militaire limitée n'est toutefois pas impossible à terme et des signaux cryptés sont d'ailleurs réservés à d'éventuelles applications sensibles. Le deuxième satellite expérimental de Galileo sera lancé dimanche du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Viendront ensuite 30 satellites placés en orbite dite moyenne, à quelque 20.000 km d'altitude.

Galileo promet une précision de localisation au mètre près, contre parfois une dizaine de mètres pour l'actuel GPS (Global Positioning System) américain.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution