Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 6 Mai 2008 à 00:00

Yahoo! dans la tourmente après le retrait de Microsoft

Yahoo!, numéro 2 mondial de la publicité en ligne, a dégringolé en Bourse lundi, après que Microsoft eut retiré son offre d'achat, et déjà des actionnaires ont protesté, plaçant le PDG Jerry Yang en mauvaise posture avant une assemblée générale qui s'annonce houleuse.

Après l'avoir courtisé pendant trois mois, Microsoft, leader mondial des logiciels, a retiré son offre devant le refus de Yahoo! qui jugeait le prix trop bas. Microsoft avait pourtant relevé son offre à 33 dollars par action, mais les dirigeants de Yahoo! n'ont pas voulu descendre sous 37 dollars. Le titre Yahoo! a clôturé lundi en baisse de 13,25% à 24,37 dollars. L'offre de Microsoft lancée le 1er février avait dopé son cours, auparavant de moins de 20 dollars.

Le PDG et fondateur de Yahoo! Jerry Yang et son équipe se seraient congratulés, en topant dans la main quand Microsoft a retiré son offre, selon la presse. Mais leur joie pourrait être de courte durée, car plusieurs grands actionnaires de Yahoo! ont commencé à protester, se disant déçus de l'échec des négociations, et laissant entendre qu'ils auraient accepté un rachat à 34 ou 35 dollars par action. Certains menacent de voter contre la direction à la prochaine assemblée générale des actionnaires, prévue en juillet.

Dans une interview dimanche au New York Times, Bill Miller, gérant chez Legg Mason, 2e actionnaire de Yahoo! avec 7% du capital, a souligné que "s'il y avait eu une offre ferme de 34 ou 35 dollars, nous l'aurions regardée". "Il va y avoir beaucoup de pression sur les dirigeants de Yahoo! pour obtenir (une remontée du cours) d'ici un an ou deux", a-t-il poursuivi. M. Miller a aussi réclamé au groupe de lancer un programme d'achat de ses propres actions, ce qui mécaniquement soutiendrait le cours.

D'autres actionnaires sont encore plus revendicatifs: Yahoo! est confronté à sept plaintes déposées après son premier rejet de l'offre de Microsoft, en février. Erik Jackson, président de la société d'investissement Ironfire Capital et de Plan B, un groupe de 140 actionnaires de Yahoo!, compte voter contre la direction à l'AG et réclame un siège au conseil d'administration.

M. Jackson avait déjà mené une fronde à l'AG de l'an dernier contre le président de Yahoo! de l'époque, Terry Semel, lui reprochant ses rétributions élevées et sa mauvaise gestion. M. Semel avait démissionné une semaine après. De petits actionnaires reprochent aussi à Jerry Yang d'avoir mené un combat personnel anti-Microsoft sans se soucier de leurs intérêts. "Je ne pense pas que Jerry Yang, comme fondateur, émotionnellement attaché au groupe, cherchait vraiment mon meilleur intérêt d'actionnaire", a commenté dans la presse Darren Chervitz, codirigeant de Jacob Internet Fund, qui détient 150.000 actions Yahoo!.

"Je ne pense pas que Yahoo! puisse proposer quoi que ce soit qui soit comparable avec l'offre de Microsoft". Jerry Yang doit maintenant prouver à ses actionnaires qu'il peut redresser le groupe et son cours en restant indépendant, alors qu'il ne cesse de perdre du terrain face au grand rival Google. Il doit vite annoncer une initiative choc rapidement, comme un accord commercial avec Google, ou encore une alliance avec AOL, filiale de Time Warner, selon les analystes.

"Yahoo! doit lancer une stratégie qui prouve que son action vaut 37 dollars, ou il fera face à une série d'autres tentatives de rachat et à un révolte de ses actionnaires", a résumé Charlene Li, analyste du cabinet Forrester. Une dernière option serait que Microsoft représente son offre, à la faveur de la fronde des actionnaires. Une partie du marché pariait sur ce schéma, limitant la chute du titre. leb/fga/chv
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution