Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 10 Juillet 2008 à 00:00

Patrick Poivre d'Arvor, le pape de la grand' messe du 20H00

Patrick Poivre d'Arvor, donné par RTL sur le départ du 20H00 de TF1, est à 60 ans sans doute le journaliste le plus connu de France, à la tête depuis 1987 du journal télévisé le plus regardé du pays, sur une chaîne où cet écrivain s'est fait aussi l'ambassadeur de la littérature.

Couramment désigné sous ses initiales, "PPDA" incarne à ce point en France l'information à la télévision que sa marionnette est aussi la star de l'émission satirique "Les Guignols de l'Info" sur Canal+. Patrick Poivre d'Arvor est depuis près de 20 ans un homme-clé dans l'organigramme de TF1, puisqu'il en a été le directeur adjoint de l'information (1989-2002), département dont il est le directeur délégué depuis 2002. Né le 20 septembre 1947 à Reims, licencié en droit et diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ), ce Breton débute sa carrière à France Inter en 1971, où il restera jusqu'en 1974.




Il rejoint Antenne 2, dont il devient chef du service politique en 1975. Un an plus tard, en février 1976, il présente le journal de 20H00 de cette chaîne. A partir d'octobre 1981, il devra partager la vedette en alternance avec "la reine Christine", sa consoeur Christine Ockrent, jusqu'en 1983. Après un passage à Canal+ fraîchement créée, où il présente "Tous en scène", il rejoint la "Une", en 1986, à la demande d'Hervé Bourges.

Il y animera une émission de variétés, "A la folie, pas du tout". Avec "Ex Libris" (1988-1999) puis "Vol de nuit", cet écrivain prolifique (une trentaine d'oeuvres, largement d'inspiration autobiographique) se fait l'un des défenseurs du livre à la télévision. A 40 ans, il devient surtout le présentateur du 20H00 de TF1, où le mélange de rigueur, de décontraction et de séduction de ce grand professionnel du direct lui attire un large public.



Certains "coups médiatiques" lui vaudront de nombreuses critiques : en pleine guerre du Golfe, il ramène notamment de Bagdad un enfant caché dans un sac de voyage. Ce geste, que PPDA souhaitait discret, fera pourtant "la une" de Paris-Match. En 1991, la fausse interview de Fidel Castro - en fait des montages de propos tenus lors d'une conférence de presse - lui attireront les foudres de la presse. Sa réputation est ternie dans les années 90 par ses démêlés judiciaires, avec sa condamnation en appel dans l'affaire Botton.

Condamné par la cour d'appel de Lyon à 15 mois de prison avec sursis et 200.000 francs d'amende, il sera suspendu par TF1 pendant deux mois et demi en 1996. La vie privée de ce père de six enfants (dont deux aujourd'hui décédés) a fait également "la une" de l'actualité, notamment lors du suicide de sa fille Solenn, 18 ans, anorexique et à laquelle il était très lié.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution