Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 10 Juin 2008 à 00:00

Internet: Free achète Alice, trois opérateurs se partagent le marché

Avec l'acquisition d'Alice, le dernier petit fournisseur internet, par Free, le marché de l'internet haut débit poursuit sa concentration et se réduit désormais à trois acteurs, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour les consommateurs. Iliad, la maison mère de Free, a annoncé lundi être en "négociations exclusives" avec l'opérateur italien Telecom Italia en vue du rachat de sa filiale française, le fournisseur internet Alice. Free a ainsi remporté la mise devant Neuf Cegetel et Numericable qui avaient fait part de leur intérêt pour Alice et alors que la rumeur donnait gagnant le câblo-opérateur. Iliad précise que "la transaction devrait être finalisée avant la fin du troisième trimestre" et que le montant de l'acquisition atteindrait un "maximum de 800 millions d'euros". Alice revendique quelque 954.000 clients ADSL. Alice était le dernier petit acteur internet sur le marché français, après une cascade de rachats sur le marché hexagonal, considéré ces dernières années comme l'un des plus concurrentiels et des plus dynamiques en raison d'un grand nombre d'acteurs. Depuis 2005, les opérations se sont faites à un rythme accéléré. Il y a trois ans, Tiscali et Cegetel ont été rachetés respectivement par Telecom Italia et Neuf Telecom. En 2006, c'était au tour d'AOL d'être avalé par Neuf Cegetel tandis que Tele2 passait chez SFR. Puis en 2007, Club-Internet était racheté par Neuf Cegetel qui, en décembre, devenait la cible de son premier actionnaire SFR. Jusqu'à maintenant, Free était toujours resté en dehors de ces opérations de concentration, misant plutôt, à coup d'innovations, sur la croissance de son propre parc d'abonnés. Longtemps baptisé le trublion de l'internet, Free a été pour une large part dans le développement du secteur. Il a été le premier à lancer une "box", en 2002, et il a aussi devancé tous ses concurrents en affichant le prix de 29,99 euros pour son offre triple play (internet, télévision, téléphone), fixant ainsi le prix du marché. Avec cette acquisition, Free devrait retrouver sa place de numéro deux d'Internet en France, toujours loin derrière Orange mais devant Neuf Cegetel, qui l'avait dépassé l'an dernier. En parts de marché, Free passerait de 19,8% (fin mars 2008) à 26%, avec quelque 4 millions d'abonnés à fin 2008, contre 21% pour Neuf Cegetel fin 2007. Free atteindrait ainsi beaucoup plus vite que prévu son objectif de 3,25 millions d'abonnés à la fin de cette année et 4 millions en 2010. "A chaque fois qu'il y a une réduction des acteurs, on assiste à une augmentation des prix mais aussi à une baisse de la qualité des services", met en garde Edouard Bareirro, chargé de mission nouvelles technologies à l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, interrogé par l'AFP. La "crainte" est "que se reproduise sur le secteur internet, ce qu'il se passe aujourd'hui dans la téléphonie mobile avec des prix excessifs", a-t-il ajouté. En novembre 2005, les trois opérateurs qui se partagent le marché français (Orange, SFR et Bouygues Telecom) avaient été condamnés pour entente illicite. Selon lui, les opérateurs télécoms peuvent "soit renchérir leur prix, soit cesser de progresser en termes de qualité de réseau ou en termes d'offres, en freinant l'innovation". "Moins il y a de concurrence, moins il y a d'incitation à l'innovation". Ce dont se défend Free. "Nous allons continuer à innover avec de nouveaux services. L'innovation fait partie de l'ADN de Free", a déclaré à l'AFP Thomas Reynaud, directeur financier et directeur du développement.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution