Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 2 Mars 2001 à 00:00

L'alliance Kirch-EM.TV menace la F1

Les constructeurs automobiles Mercedes, Renault, Ford, Fiat et BMW, impliqués dans la Formule 1, veulent obtenir un tiers du capital de la société contrôlant les droits commerciaux de ce sport, la SLEC.

Interrogé, à Genève, sur la montée en puissance programmée du groupe de médias allemand Kirch dans la SLEC, dirigée par le Britannique Bernie Ecclestone, Juergen Hubbert, responsable de la marque Mercedes au sein du directoire du constructeur DaimlerChrysler, a affirmé être "très mécontent de la situation".
Selon lui, les constructeurs automobiles veulent "un tiers de la Formule 1".

Le groupe Kirch vient de conclure un accord qui doit lui permettre, cette semaine, de prendre le contrôle de 75% de la SLEC de Bernie Ecclestone aux côtés du gestionnaire allemand de droits audiovisuels EM.TV, avec lequel il a scellé une alliance.

Jusqu'ici, EM.TV, une société munichoise en difficulté financière, contrôlait 50% de la SLEC et Ecclestone l'autre moitié. Mais Kirch va financer l'acquisition de 25% supplémentaire du capital pour près d'un milliard de dollars grâce à un emprunt bancaire qu'il a annoncé avoir obtenu le week-end dernier. "Si Kirch obtient 75%, cela signifie la fin de la Formule 1, nous ne voulons rien avoir à faire avec Kirch, nous rencontrerons seulement Ecclestone", a prévenu Hubbert.

Les constructeurs automobiles redoutent que Kirch fasse en sorte, dans les années à venir, d'obtenir l'exclusivité des retransmissions des Grands Prix sur sa chaîne payante Premiere World, qui peine à décoller en Europe.

Le président de Renault Sport, Patrick Faure s'était clairement hostile à la diffusion du championnat du monde de Formule 1 sur des chaînes payantes, n'écartant pas la possibilité de la création d'une compétition parallèle.

Le Britannique Ecclestone ne cache pas tout le mal qu'il pense de l'alliance Kirch-EM.TV. Il a même brandi la menace d'un veto, arguant que les statuts de la société interdisaient à une chaîne de télévision d'en prendre le contrôle.

Pour leur part, Kirch et EM.TV cherchent à trouver un compromis, compte tenu de la menace d'une compétition parallèle qui transformerait la SLEC en une coquille vide. "La porte est ouverte pour des pourparlers avec les constructeurs impliqués dans la Formule 1" en vue de les faire entrer dans le capital de la SLEC le porte-parole d'EM.TV, Michael Birnbaum. Mais, selon lui, il n'y a "pas d'offre concrète" ni "de négociations en cours".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution