Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 22 Juin 2008 à 00:00

La télévision pour les bébés: pouvoirs publics et psy alertent les parents

Les pouvoirs publics mettent en garde les parents contre les chaînes télévisées destinées aux moins de trois ans, alors que les spécialistes de la petite enfance s'insurgent depuis des mois contre les bienfaits prêtés à BabyFirst ou Baby TV.

La ministre da la Culture Christine Albanel a appelé vendredi parents et diffuseurs à faire "très attention" aux effets de ces chaînes télévisées. Il n'est pas question de les interdire mais la ministre souhaite rencontrer leurs diffuseurs. "Je dis +faisons très attention+", a-t-elle déclaré sur BFM. "Autant avec les programmes pour jeunes et ados, vous pouvez, avec des programmes de qualité, faire passer des quantités de messages (...) autant pour les bébés, on voit bien que c'est une façon de les matraquer d'images et de sons. On ne sait pas quel effet cela peut avoir sur des tout petits".

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) travaille depuis plusieurs semaines sur le sujet, sous la houlette d'Agnès Vincent-Deray, présidente du groupe d'études sur la protection de l'enfance, et publiera prochainement au Journal Officiel une délibération, a indiqué l'institution à l'AFP. Sur les documents envoyés à leurs abonnés, les chaînes et les opérateurs qui les diffusent (CanalSat, Free, Neufcégétel, TPS...) devront informer sur les risques que représentent ces télévisions pour la santé des enfants de moins de trois ans. Promouvoir dans leur argumentaire commercial un bénéfice éventuel pour les tout petits leur sera interdit.

Enfin, la convention des chaînes jeunesse sera modifiée, indiquant qu'elles s'adressent aux enfants à partir de trois ans et non deux ans, comme actuellement. Le CSA ne peut toutefois agir directement que sur les chaînes jeunesse françaises. Or Baby TV (lancée en France en 2005), et Baby First (octobre 2007), qui sont les deux chaînes destinées spécifiquement aux tout petits, émettent depuis la Grande-Bretagne.

De son côté, la direction générale de la santé a rendu un avis "défavorable" sur la télévision pour les moins de trois ans, a dit vendredi Didier Houssin, son directeur général. Il souligne des effets qui peuvent être "négatifs" pour "la maturation des enfants, en matière de capacité d'apprentissage, rapports avec les parents, difficultés d'endormissement...".

Le pédo-psychiatre Serge Tisseron, à l'origine de la pétition "contre la fabrique des bébés téléphages" (www.squiggle.fr), dénonce "les mensonges éhontés" de ces chaînes pour bébés. "Ces chaînes disent en gros: +mettez vos bébés devant la télévision, ils se développeront plus vite+. C'est le monde à l'envers!", déclare-t-il à l'AFP. "Rien ne vaut les interactions humaines, aucun écran ne peut faire mieux".

En octobre, la co-fondatrice de BabyFirst Sharon Rechter qualifiait sa chaîne d'"outil ludo-éducatif que les parents attendaient". Sur son site, BabyTV assure "favoriser l'éveil, l'activité et l'interaction". "Il est inévitable que les petits soient devant le poste à un moment ou un autre, mais le problème des chaînes pour bébés, c'est qu'elles viennent en plus" de la consommation quotidienne", souligne le psychiatre. L'enfant regarde la télé avec ses aînés, puis les programmes pour bébé. "C'est double peine!".

Si les parents veulent souffler, il suggère le DVD, qui a une durée définie, alors que Baby First et BabyTV émettent 24 heures sur 24. Quant à l'absence de publicité sur ces antennes, mise en avant par leurs dirigeants, elle est balayée par M. Tisseron: "leurs sources de revenus, ce sont les produits dérivés" des programmes.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution