Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 22 Juin 2008 à 00:00

La Direction de la Santé déconseille de regarder la télévision avant 3 ans

La Direction générale de la santé "déconseille la consommation de la télévision jusqu'à l'âge d'au moins 3 ans" et se prononce "contre les chaînes" qui leur sont spécifiquement destinées, dans un avis sur l'impact des chaînes télévisées sur le tout petit enfant.

Cet avis, rendu public vendredi, a été rendu début mai à la demande du CSA, suite aux travaux d'un groupe d'experts. "Aucune étude ne démontre actuellement que les programmes de télévision spécifiquement conçus pour les très jeunes enfants puissent avoir un effet bénéfique sur le développement psychomoteur et affectif de l'enfant", les connaissances sur le développement cognitif et psychique de l'enfant tendant à montrer le contraire, indique l'avis. "Le concept de programme adapté à l'enfant de moins de 3 ans n'a donc pas de sens", estime la DGS.

Elle souligne en outre "le risque lié à la consommation d'images télévisuelles sur la naissance et le développement des processus de pensée et de l'imagination, sur l'intégration des émotions et sur le développement psychomoteur". En effet, "pour développer ses capacités physiques, psychomotrices, cognitives et affectives et ses processus de pensée, l'enfant doit utiliser activement ses cinq sens en s'appuyant sur la relation avec un adulte disponible. Les stimulations désincarnées que la télévision suscite ne peuvent en aucun cas remplacer l'interaction émotionnelle et affective avec l'entourage".

En conséquence, la DGS se prononce "contre les chaînes spécifiques pour les enfants de moins de trois ans" et "déconseille la consommation de la télévision jusqu'à l'âge d'au moins 3 ans". Elle considère d'ailleurs qu'"au delà de 3 ans, chez le jeune enfant, l'usage de la télévision doit être particulièrement prudent", avec vigilance sur le contenu et la durée, afin de "prévenir les troubles liés au non-respect de la maturité de l'enfant", tels que troubles du comportement, de l'attention, du sommeil, de l'alimentation et des apprentissages.

Pour la DGS, les sociétés commercialisant des émissions destinées aux jeunes enfants ne doivent pas pouvoir "alléguer de bénéfices pour la santé ou le développement de l'enfant non prouvés scientifiquement".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution