Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 26 Juin 2008 à 00:00

Télévision publique en Europe: des fonctionnements différents selon les pays

Publicité, redevance, rapport au pouvoir: les télévisions publiques européennes ont des fonctionnements très différents selon les pays, comme le montrent les exemples britanniques, allemands et italiens.

En Grande-Bretagne, les revenus de la radio-télévision publique, British Broadcasting Corporation (BBC) proviennent quasi-intégralement de la redevance. Son montant s'élève à 139,50 livres (181,40 euros) par foyer. Il n'y a pas de publicité sur la "Beeb", comme la surnomment les Britanniques. Selon le dernier rapport annuel disponible portant sur l'exercice 2006/2007 (achevé au 31 mars 2007), le chiffre d'affaires total était de 3,27 milliards de livres (4,38 milliards d'euros), dont 3,24 milliards de livres (4,34 milliards d'euros) générées par la redevance.

Le virage numérique a été mis en avant à l'automne 2007 par la direction de la BBC pour justifier un vaste programme d'austérité visant la réduction de 8% des effectifs (23.000 employés actuellement). La BBC propose 8 chaînes de télévision, 10 réseaux de radio, et plus de 50 chaînes TV et radio locales. En Allemagne, les chaînes télévisées publiques ARD et ZDF sont financées à 80% par la redevance. Elle s'élève à 204 euros par an et par foyer, pour un total de 7,3 milliards d'euros.

La publicité représente moins de 5% des revenus des chaînes publiques, le reste provenant de co-financements ou de la cession de programmes télévisés. Sur les deux chaînes, il n'y a pas de publicité après 20 heures. Sur ARD, la publicité représente 1,1% du temps d'antenne. Sur ZDF, elle est limitée à 20 minutes par jour. Les chaînes publiques estiment que cette réglementation très stricte les empêche d'être concurrentielles vis-à-vis des chaînes privées et dénoncent un "carcan très rigide".

De leur côté, les médias privés dénoncent une concurrence déloyale, les groupes publics bénéficiant de la manne des redevances y compris pour leur portails internet, un champ de bataille commerciale de plus en plus crucial. Pressée par Bruxelles de se plier aux règles de la concurrence, l'Allemagne a ouvert la voie le 12 juin à une limitation des activités des groupes audiovisuels publics sur internet.

En Italie, la RAI (3 chaînes de télévision, 5 radios, des chaînes thématiques sur le numérique terrestre) est financée à environ 47% par la redevance, à 40% par la publicité et par d'autres recettes (13%) comme la cession de droits (sport, films..). Elle a affiché des recettes de 3 milliards d'euros l'an dernier pour une perte nette de 5 millions d'euros, soit nettement moins que l'année précédente (87 M EUR), grâce à une hausse de la redevance et à des économies sur les coûts.

La redevance télé annuelle est de 106 euros pour 2008, soit la plus faible de l'Union européenne. La nomination de son conseil d'administration par une commission parlementaire alimente des polémiques sans fin sur la soumission de la RAI aux desiderata du pouvoir.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution