Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 11 Juillet 2008 à 00:00

Eutelstat censure la chaîne en chinois NTDTV pour satisfaire les autorités de Pékin

Reporters sans frontières appelle Giuliano Berretta, le PDG d’Eutelsat, à revenir au plus vite sur la décision de son entreprise de suspendre la diffusion de la chaîne sinophone NTDTV de son satellite W5 en direction de l’Asie.

L’entreprise européenne a prétexté un problème technique, mais le contenu d’une conversation avec un responsable d’Eutelsat montre qu’il s’agit d’une décision préméditée et politique, qui viole l’article 3 de la Convention d’Eutelsat et représente une atteinte injustifiée à la libre circulation de l’information.
"Les révélations sur la nature réelle de la suppression de la chaîne NTDTV en disent long sur les pratiques commerciales d’Eutelsat en Chine.

La crédibilité de l’entreprise est en jeu et nous demandons à ses actionnaires d’intervenir au plus vite pour que la chaîne en chinois NTDTV retrouve sa place sur ce satellite. Si ce n’est pas le cas, aucune chaîne de télévision cliente d’Eutelsat ne pourra avoir la garantie d’être protégée d’une coupure arbitraire en raison de son contenu", a affirmé Reporters sans frontières.

"A quelques semaines des Jeux olympiques, la suspension de NTDTV, une chaîne qui dérange le gouvernement de Pékin car elle peut être reçue librement par des dizaines de millions de foyers chinois, apparaît comme une faveur d’Eutelsat pour obtenir de nouveaux marchés.

Déjà en 2005, l’entreprise avait tenté de suspendre NTDTV, mais suite à une campagne internationale, Eutelsat avait été contrainte de signer un nouveau contrat à long terme", a ajouté l’organisation. "C’est le PDG de notre société en France qui a pris la décision de faire cesser la diffusion de NTDTV. (...) Nous pouvons choisir de débrancher ce transpondeur [un transmetteur de signaux des programmes]. Et nous pouvions choisir de ne pas le débrancher, bien entendu. (...)

C’est parce que nous avons reçu des plaintes et des rappels du gouvernement chinois. (...) Il y a deux ans, l’Administration de la radio, du film et de la télévision n’avait qu’un mot à la bouche : arrêter cette chaîne avant que nous commencions à parler", autant de propos tenus par un responsable d’Eutelsat à Pékin dans une conversation enregistrée avec un interlocuteur que l’employé croit être un responsable chinois du Département de la propagande. Reporters sans frontières publie sur son site Internet www.rsf.org une transcription de cette conversation du 23 juin 2008 et tient à la disposition de la presse l’enregistrement audio.

Le 16 juin 2008, la diffusion vers l’Asie de la chaîne NTDTV, liée au mouvement spirituel Falungong, a été interrompue par Eutelsat. Depuis quatre ans, la chaîne diffusait des programmes en chinois qui tranchent singulièrement avec les chaînes officielles chinoises. Les problèmes des droits de l’homme y sont largement évoqués, notamment la répression au Tibet et à l’encontre des groupes religieux comme le Falungong et les Eglises chrétiennes interdites.

Dans un communiqué du 17 juin, Eutelsat annonce que le satellite W5 a subi de graves problèmes techniques qui l’ont obligée à suspendre la diffusion de plusieurs chaînes, en réduisant le nombre de transpondeurs. Eutelsat et Thales, le fabricant du satellite, ont de plus en plus d’intérêts commerciaux en Chine.

Thales a produit le satellite Zhongxing-9 qui a été mis en orbite en juin dernier, notamment pour assurer une bonne couverture des Jeux olympiques. De son côté, Eutelsat a signé un contrat avec les autorités chinoises pour que la fusée Longue Marche soit utilisée dans des lancements de satellites de l’entreprise. Comme l’écrivait le Wall Street Journal en avril 2008 : "Eutelsat essaie depuis des années de trouver un chemin pour pénétrer le marché chinois, et la signature de contrats est vue comme un moyen de réussir cet objectif." Eutelsat est pourtant tenue de respecter les principes d’égalité dans l’accès, le pluralisme et la non-discrimination précisés dans l’article 3 de la Convention qui régit cette entreprise de droit français.

Depuis son lancement en février 2002, la chaîne de télévision New Tang Dynasty TV est la cible des autorités de Pékin qui ont fait pression sur plusieurs opérateurs satellites et gouvernements pour que sa diffusion cesse.

Source : Reporters sans frontières
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution