Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 11 Juillet 2008 à 00:00

PPDA boucle son dernier JT et promet de retrouver son public "très vite"

Le présentateur évincé de TF1, Patrick Poivre d'Arvor, a salué avec émotion jeudi soir ses télespectateurs, en assurant que "nul ne pourrait défaire" les liens tissés entre eux et en promettant de les retrouver "très vite", à la fin de son dernier JT sur la chaîne privée.

Après avoir présenté avec sa sobriété habituelle les informations pendant une demi-heure, PPDA, cravate bleu électrique et veste sombre, s'est adressé dans les toutes dernières minutes de son journal aux téléspectateurs pour les "embrasser tous", les remercier de leur "constance" et de leur "affection". "Ce lien que nous avons tissé ensemble, il est unique, nul ne peut le défaire", a-t-il assuré, avant d'ajouter: "je suis sur qu'on se reverra très vite". "Comme on dit en Bretagne, à Dieu vat", a-t-il lancé, en se gardant bien de prononcer le nom de Laurence Ferrari, l'ancienne présentatrice de TF1 passée par Canal+, qui lui succédera à partir du 25 août.

PPDA a également remercié TF1 de lui "avoir offert ces deux décennies magnifiques". "C'est un métier magique et c'est un bonheur de l'avoir exercé ici", a-t-il dit. Les adieux du présentateur ont été suivis de courts extraits de ses différentes interviews avec les présidents successifs, de François Mitterrand à Nicolas Sarkozy en passant par Jacques Chirac, mettant en avant la liberté de ton dont il s'enorgueillit.

Un pot avec les membres de la rédaction était prévu à l'issue du journal, sur une terrasse du siège de TF1, avait indiqué la chaîne plus tôt dans la journée. Dans la matinée, le présentateur vedette a annoncé sur France Inter avoir reçu sa lettre de licenciement, ajoutant trouver "très étrange" son éviction. "J'ai reçu une lettre de licenciement, donc je suis viré", a-t-il déclaré.




TF1 lui a proposé de poursuivre leur collaboration, mais pour lui "il n'était pas envisageable de rester dans un placard". Revenant sur son éviction du 20H00, le présentateur vedette a estimé dans cette interview qu'il n'y avait "aucun fait objectif" pouvant l'expliquer, tout en se refusant à "commenter les rumeurs" selon lesquelles elle serait due à des pressions politiques. Peu après l'annonce de sa disgrâce, PPDA avait critiqué "la brutalité" de la direction de la chaîne, jugeant qu'"après toutes ces années" de présentation du JT, il méritait "un peu plus d'élégance".

Le journaliste, âgé de 60 ans, fait partie de ces dernières "figures historiques" de la chaîne, souvent en poste depuis 20 ans, que le président du groupe Nonce Paolini, arrivé en mai 2007, a poussé vers la sortie. Dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France publié jeudi, Poivre d'Arvor a affirmé qu'il y avait "pour l'instant zéro négociation" avec les dirigeants de la chaîne sur les modalités de son départ, alors que son avocat a déjà démenti les affirmations de plusieurs blogs évoquant des indemnités comprises entre 3,8 et 4,5 millions d'euros.

Quant à son avenir, il compte sur les vacances pour l'aider à faire le point et à trier dans les nombreuses propositions qu'il indique avoir reçues, et il se promet en attendant de poursuivre un chemin de Compostelle entamé il y a plusieurs années. Dans un sondage réalisé pour le Journal du Dimanche, les deux-tiers des téléspectateurs interrogés souhaitaient qu'il présente à la rentrée prochaine un JT sur une autre chaîne. En attendant, curiosité oblige, le journal le plus regardé de France a terminé avec plus de 9 millions de télespectateurs et une part de marché proche de 50% !
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution