Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 1 Août 2008 à 00:00

Avant les JO de Pékin, Eutelsat ferme l’accès à la libre information à des millions de Chinois

New Tang Dynasty Television (NTDTV) est un réseau chinois indépendant basé à New York depuis 2001.

Chaîne de télévision à but non lucratif établie par des Chinois vivant à l’étranger, NTDTV diffuse ses programmes par satellite 24 h sur 24, couvre l’Amérique du Nord, l’Asie, l’Europe et l’Australie et peut toucher plus de 200 millions de personnes. Sur le site du réseau NTDTV, on peut y lire : « alors qu’un grand nombre de médias restent muets sur des sujets comme la persécution du Falun Gong, les chrétiens qui pratiquent en secret, les dissidents politiques et autres violations des droits de l’homme en Chine, NTDTV n’hésite pas à en parler. Lorsque des millions de personnes ont commencé à démissionner du Parti communiste chinois (PCC) en 2004, NTDTV a été la seule chaîne chinoise à couvrir les faits ».

Il n’est pas difficile d’imaginer que les autorités de Pékin, dans leur souci de transparence, ne voient pas d’un bon œil un réseau de télévision de langue chinoise, basée aux États-Unis, diffuser des émissions indépendantes de la ligne officielle du Parti communiste. Qui plus est à la veille des Jeux olympiques. Hu Jintao doit résoudre la quadrature du cercle : éviter de censurer les médias étrangers qui seront présents à Pékin mais, en même temps, ne pas contaminer le peuple chinois par des reportages incendiaires qui viendraient de pays étrangers mal intentionnés.

Ainsi va la vie. Depuis le 17 juin dernier, la diffusion par satellite de New Tang Dynasty Television (NTDTV) en Asie est interrompue après plus de quatre ans de diffusion. À quelques semaines de l’ouverture des Jeux olympiques de Pékin, des millions de foyers en Chine, équipés d’antennes paraboliques, ne captent plus les signaux satellite du réseau indépendant NTDTV. Il faut dire que depuis 2004, les autorités de Pékin exercent des pressions importantes Eutelsat, l’opérateur français du satellite W5, celui-là même qui rend disponible le signal de NTDTV aux chinois. Pékin aurait ordonné à maintes reprises à Eutelsat de « mettre fin à cette diffusion immédiatement ».

Face à la mobilisation de parlementaires et d’associations, Eutelsat a, jusqu’en juin dernier, choisi de continuer la diffusion du réseau indépendant. « NTDTV a été conventionnée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) et émet en toute légalité. Nous sommes nombreux au sein des Assemblées parlementaires françaises et européennes à souhaiter que ces émissions continuent », avait déclaré, en 2005, Pierre Lequiller, président de la délégation pour l’Union européenne de l’Assemblée nationale.

En juillet 2003, un autre opérateur, New Skies Satellite, avait été menacé par Pékin de subir d’importantes pertes commerciales s’il n’interrompait pas le signal de NTDTV. Ce qu’il avait fait sans coup férir. Contraintes commerciales obligent.

Cette fois-ci, c’est au tour de l’opérateur Eutelsat de s’exécuter. Selon Reporters sans frontières, la décision aurait été prise par le PDG d’Eutelsat, Giuliano Berretta. L’entreprise européenne prend prétexte d’un problème technique pour justifier cette interruption. Toutefois, un cadre d’Eutelsat, enregistré par RSF, croyant s’adresser à un représentant du ministère de la Propagande chinois, a révélé l’existence d’un système de secours pouvant rétablir les signaux satellite. « Ceci est de l’information très, très privée, qui ne peut pas être annoncée à l’extérieur. Si les États-Unis obtiennent cette information, notre compagnie ne pourra pas supporter une telle pression. Si les gens apprenaient que nous en avons toujours un de rechange, ce serait terrible », aurait déclaré le cadre en question.




Reporters sans frontières accuse nettement l’entreprise Eutelsat : « A quelques semaines des Jeux olympiques, la suspension de NTDTV, une chaîne qui dérange le gouvernement de Pékin car elle peut être reçue librement par des dizaines de millions de foyers chinois, apparaît comme une faveur d’Eutelsat pour obtenir de nouveaux marchés ». Et pour appuyer ses accusations, RSF s’appuie sur cette conversation déjà citée avec un cadre d’Eutelsat à Pékin qui aurait déclaré : « C’est le PDG de notre société en France qui a pris la décision de faire cesser la diffusion de NTDTV. (...) Nous pouvons choisir de débrancher ce transpondeur [un transmetteur de signaux des programmes]. Et nous pouvions choisir de ne pas le débrancher, bien entendu. (...) C’est parce que nous avons reçu des plaintes et des rappels du gouvernement chinois ».

La version de l’entreprise est différente, il va sans dire. Eutelsat a déclaré que le satellite W5 a subi de graves problèmes techniques qui l’ont obligée à suspendre la diffusion de plusieurs chaînes, en réduisant le nombre de transpondeurs. Giuliano Berreta a cependant refusé d’expliquer pourquoi les transpondeurs vers l’Asie sont tombés en panne à l’exception de celui transmettant le signal de Voice of America. En 2005, c’est ce même Beretta qui avait initialement refusé de renouveler le contrat avec NTDTV après avoir fait des affaires avec le Parti communiste chinois (PCC).

Comme le précise RSF, Eutelsat et Thales, le fabricant du satellite, ont de plus en plus d’intérêts commerciaux en Chine. Eutelsat a signé un contrat avec les autorités chinoises pour que la fusée « Longue Marche » soit utilisée dans des lancements de satellites de l’entreprise. Comme l’écrivait le Wall Street Journal en avril 2008 : « Eutelsat essaie depuis des années de trouver un chemin pour pénétrer le marché chinois, et la signature de contrats est vue comme un moyen de réussir cet objectif ». Qui plus est, Eutelsat se plaint d’être lésé par rapport à son principal concurrent, l’américain Intelsat, lequel vient de signer un contrat d’un milliard de dollars (environ 630 millions d’euros) avec le gouvernement chinois. Ceci explique cela, quoi. « Selon les experts de l’industrie, le vaste plan de lancement des satellites par Eutelsat dans les années à venir ne peut que suggérer que l’opérateur fera fréquemment appel à l’industrie spatiale chinoise », conclut le Wall Street Journal.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution