Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 23 Juillet 2008 à 00:00

JO-2008 - Droits TV: Les premiers Jeux multimédias

Les JO doivent leur aura et leur fortune à la télévision, partenaire olympique depuis 60 ans, une évidence qui n'empêche pas le CIO de courtiser les nouveaux médias, internet et téléphones mobiles en tête, qui feront leur entrée sur le marché lors des Jeux de Pékin.

Pour cette édition des JO, 187 pays ont acquis les droits nouveaux médias contre moins de 10 à Athènes. Une explosion qui n'a rien à voir avec le lent processus de séduction qui fut de mise pour la valorisation des droits TV. Et encore, le Comité international olympique n'exploite qu'une infime partie du potentiel comme l'explique l'un des responsables marketing: "On a vendu beaucoup de droits pour 2008 à la fin des années 90, à l'époque où la télévision sur internet ou sur mobile n'était pas ce qu'elle est aujourd'hui".

Sur les quelque 1,74 milliard de droits de diffusion que vont générer les Jeux de Pékin, seulement une part infime est ainsi à mettre aux crédits des nouveaux vecteurs d'image. Rendement et universalité ------------------------- Techniquement, les droits nouveaux médias ne sont pas encore cédés indépendamment des droits télé mais pourraient le devenir à terme. Aujourd'hui, le CIO perpétue son modèle traditionnel: "Historiquement, on a toujours vendu les droits par territoire, à des groupements de chaînes (l'UER pour l'Europe, l'OTI pour l'Amérique du Sud ou NBC aux Etats-Unis), explique-t-on à Lausanne.

C'était pratique parce que l'on ne signait qu'un contrat par zone", à charge pour le groupement de revendre les droits à ses membres. Logiquement, ce sont ces groupements continentaux qui se sont occupés de revendre les droits nouveaux médias. Un jeu d'enfant quand le client s'appelle BBC par exemple et possède, outre une chaîne de télévision à large audience, une plate-forme internet performante. Mais le cas n'est pas si fréquent.

Le CIO a donc tendance à passer de plus en plus d'accords directs avec les diffuseurs afin d'en tirer le meilleur profit financier et la plus large audience. Car le CIO cherche autant le rendement que l'universalité en la matière: "Notre objectif est de permettre à un maximum de gens dans le monde de suivre les JO", explique son président Jacques Rogge. La charte olympique stipule d'ailleurs que les diffuseurs sont sélectionnés sur leur aptitude à toucher l'audience la plus large et leur engagement à promouvoir les Jeux et les valeurs de l'olympisme.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution