Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 30 Juillet 2008 à 00:00

Les équipementiers télécoms dans la tourmente, à l'image d'Alcatel-Lucent

Les mauvais résultats du franco-américain Alcatel-Lucent témoignent des difficultés rencontrées par les équipementiers télécoms occidentaux, face à une forte concurrence asiatique et à la prudence des opérateurs de téléphonie dans un contexte de ralentissement économique.

Alcatel-Lucent est "logé à la même enseigne que ses concurrents. Nous sommes face à un marché où les marges sont attaquées par les baisses de prix initiées en grande partie par les chinois Huawei et ZTE", souligne un analyste d'Exane BNP Paribas, Alexandre Peterc, interrogé par l'AFP. Après la fusion d'Alcatel et de Lucent en décembre 2006, suivie en avril 2007 par celle de Nokia et de Siemens, des "équipementiers comme Ericsson ont aussi sauté sur l'occasion pour casser les prix", ajoute-t-il.

Si le suédois domine le marché, il a lui aussi affiché mi-juillet des résultats trimestriels en berne, avec un bénéfice net en baisse de 70% et une marge opérationnelle à 6%, contre 19,4% au deuxième trimestre 2007. Pour 2008, les acteurs tablent sur un marché atone. "Ces trois derniers mois, l'environnement macroéconomique global s'est encore dégradé et le ralentissement économique commence à gagner l'Europe", a reconnu mardi la directrice générale démissionnaire d'Alcatel-Lucent, Patricia Russo.

Au-delà de la concurrence asiatique, les équipementiers font face à une "moindre croissance des investissements des opérateurs télécoms", extrêmement attentistes, et au "rapprochement entre les gros opérateurs qui durcit les conditions de négociations", explique Julien Salanave, de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate). Selon lui, Alcatel-Lucent souffre en plus d'un "problème spécifique sur l'activité CDMA", une norme de réseaux mobiles surtout présente aux Etats-Unis, qui explique en grande partie la perte de 1,1 milliard d'euros enregistrée par le groupe au deuxième trimestre.

"A partir du moment où les deux opérateurs de référence en Amérique du Nord, Verizon et Sprint, ont décidé de ne pas s'appuyer sur cette technologie pour le déploiement de la quatrième génération, les perspectives du marché sont quasi-nulles", a observé M. Salanave. Très présents également sur cette norme, les américains Nortel et Motorola sont "encore plus en difficulté qu'Alcatel-Lucent aujourd'hui", d'après cet analyste qui souligne la "complexité de tels paris technologiques" dans un marché en perpétuelle évolution.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution