Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 3 Mars 2001 à 00:00

4e Fête de l'internet

La culture, l'éducation, l'action sociale et humanitaire sont de vendredi à dimanche sous les projecteurs de la 4e Fête de l'internet, ravissant la vedette à une net économie que ses revers boursiers ont rendue plus discrète.

"Les déboires des start-up estompent la dimension économique de la fête au profit d'autres domaines comme la culture, l'éducation, les loisirs, le jeu, le social ou l'humanitaire", constate Philippe Baron, vice-président de l'Association pour la Fête de l'internet (AFI).

L'an dernier, la manifestation était marquée du sceau de l'explosion des valeurs internet et de la ruée des investisseurs sur les start-up. Depuis, l'effondrement du Nasdaq et les faillites en chaîne de jeunes pousses ont sensiblement modifié la donne.

Pour Philippe Baron, l'édition 2001 de la Fête, "beaucoup plus réaliste et crédible", sera "dépouillée de l'exagération qu'il y avait autour de la net économie". C'est désormais dans les domaines non marchands que l'on observe, selon lui, un "foisonnement pétillant d'innovations".

En volume, la Fête de l'internet semble marquer le pas. Elle avait essaimé l'an dernier dans une quarantaine de pays. Ils ne seront plus que 20 à 25 à répondre à l'appel cette année même si l'Amérique latine et de nouveaux pays francophones, telles la Belgique ou la Suisse, pointent leur nez.

Quant au nombre d'initiatives recensées sur le site de l'AFI (www.fete-internet.fr) à travers la France, il devrait atteindre un millier, soit guère plus qu'en 2000. A en croire Philippe Baron, cette stagnation masque cependant une "plus grande effervescence" avec des contenus devenus "bien plus musclés, pointus, éloquents et professionnels". Signe des temps, l'une des manifestations phares de cette 4e Fête de l'internet sera le rendez-vous donné samedi par le ministère de la Culture et de la Communication à la Cité des sciences et de l'Industrie de la Vilette où écrivains, musiciens et cinéastes débattront des apports de l'internet à la création.

Cette édition de la Fête de l'internet verra aussi l'inauguration du Web Net Museum (www.webnetmuseum.org). Ce musée virtuel entend "se substituer à des institutions de l'art contemporain, plus officielles ou simplement plus commerciales, pour présenter et soutenir des artistes, des oeuvres, des expériences et des événements en rapport avec la nouvelle culture numérique".

L'Assemblée nationale ouvrira exceptionnellement ses portes au public de vendredi à dimanche, déployant une quarantaine de micro-ordinateurs dans sa Galerie des Fêtes où l'on pourra s'initier à l'internet sous la férule de polytechniciens.

Au chapitre social et humanitaire, la Fête de l'internet renouvelle son opération Internethon (www.mynet2001.net) qui vise à réduire la "fracture numérique". Il s'agit, sur le modèle du Téléthon, de récolter auprès des entreprises et des administrations du matériel informatique obsolète pour le redistribuer ensuite à des associations, centres sociaux ou organismes de réinsertion en France et dans le Tiers-monde.

Et dans un genre plus frivole, les internautes seront appelés à élire leur Miss et Mister 2001 (www.missdesinternautes.com).
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution