Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 24 Août 2008 à 00:00

Laurence Ferrari veut des changements progressifs au JT, pas de révolution

Laurence Ferrari, dont l'arrivée lundi à la présentation du journal de TF1 est très médiatisée, a expliqué à l'AFP qu'elle ne voulait pas "révolutionner" mais faire des "changements progressifs" dans ce JT, qu'elle dit aborder "concentrée" et en toute humilité.

La journaliste de 42 ans prend la succession de Patrick Poivre d'Arvor, débarqué avec fracas fin juin du 20 heures de TF1 qu'il présentait depuis 1987. Ce JT qui, au premier semestre 2008, a réuni en moyenne 8 millions de téléspectateurs, avec une part d'audience de 35,5%, est le plus regardé de France. Laurence Ferrari assure qu'on ne lui a pas fixé d'objectif d'audience. "Le seul objectif que m'a fixé Nonce Paolini (Pdg de TF1, ndlr), c'est de faire un bon journal", précise-t-elle. "Je compte m'inscrire dans la continuité du journal de TF1. Je n'ai pas envie de révolution", indique Laurence Ferrari, qui préfère parler de "changements progressifs". "On va varier les durées, faire plus de brèves, de off, de sujets plus longs", explique-t-elle, indiquant vouloir "casser l'effet monotone des sujets qui s'enchaînent sur la même durée. Il y aura au moins un dossier de 2 ou 3 minutes par journal, qui sera intitulé +L'enquête du 20 heures+".

Elle a profité d'un séjour aux Etats-Unis pour passer deux jours dans les rédactions des deux grandes chaînes américaines ABC et CBS News. Elle voulait voir comment elles "traitaient l'information, quel était le rôle du présentateur". La journaliste se considère "comme un reporter parmi les reporters" et met en avant "l'importance du travail d'équipe". "Je compte m'appuyer sur mon rédacteur en chef, sur les chefs de service", indique-t-elle.

Elle qui a fait la Une de nombreux magazines ces dernières années, quand elle était joker de Claire Chazal sur TF1, entre 2002 et 2006, puis à la tête d'une émission politique sur Canal+, assure "avoir beaucoup d'humilité" par rapport à son rôle de présentatrice. "Je ne suis pas pour la personnalisation à outrance de ce poste là", dit Laurence Ferrari. "Je pense que pour les téléspectateurs, c'est le réflexe TF1 qui prime", estime la journaliste, soulignant que pendant l'été, alors que les présentateurs changent, les audiences du JT sont "aussi bonnes voire meilleures". "Je vais essayer d'instaurer un lien de confiance avec les téléspectateurs", se contente-t-elle de dire. Quant au départ controversé de son prédécesseur, Laurence Ferrari dit ne "pas s'être attardée là-dessus". "Je me suis très vite tournée vers le journal et concentrée sur mon travail", ajoute-t-elle.

A l'approche de son retour sur les écrans de TF1, elle se dit "assez sereine". "Je n'ai pas de méthode particulière pour résister à la pression, juste ma capacité de concentration (...) et j'essaie d'évacuer toute la pression environnante, médiatique", poursuit Laurence Ferrari. Lundi, pour le premier journal, elle espère ne pas être "trop angoissée". "Je ne vais faire que travailler sur le journal et me concentrer sur les lancements, les reportages, les équipes sur le terrain, en espérant que l'expérience que j'ai acquise au cours de mes 20 années de journalisme me serve un peu", assure-t-elle.

Et, pendant le générique, à quoi pensera Laurence Ferrari? "Je me dirai que je parle à quelques personnes et non à des millions, mais surtout que j'ai une responsabilité lourde par rapport aux téléspectateurs en terme d'information, de vérification".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution