Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 7 Mars 2001 à 00:00

TF1 "optimiste" pour cette année

Les dirigeants du groupe TF1 se sont dits "optimistes" et "confiants" pour l'année 2001, qui devrait toutefois être moins spectaculaire que l'an 2000 et son marché publicitaire exceptionnel.

"On est assez optimiste par rapport à notre situation et à l'année en cours", a sobrement déclaré le Pdg de la chaîne Patrick Le Lay.

Se refusant à "lire dans une boule de cristal" l'évolution du marché publicitaire, il s'est cependant dit "confiant" que TF1 ferait "un peu mieux" en 2001 que le marché de la pub dans son ensemble. Les deux premiers mois de 2001 indiquent un très net ralentissement, avec un chiffre d'affaires de TF1 qui s'est apprécié de 1,7% par rapport à la même période de l'an dernier, contre 22% en janvier-février 2000.

Patrick Le Lay pouvait en revanche se féliciter d'un "résultat en très forte croissance" pour l'exercice 2000, annoncé mercredi, avec un bénéfice net consolidé de 250,3 millions d'euros (+ 58%), et un chiffre d'affaires de 2,270 milliards d'euros (+ 22,4%). L'an dernier, les recettes publicitaires de la chaîne premium ont affiché une croissance de 16,2%, conforme aux promesses de septembre, bien au-delà de la progression de 9,6% enregistrée tous médias confondus. La bourse a manifesté à sa manière qu'elle n'attendait rien de très bon des recettes publicitaires pour 2001: l'action TF1 a cédé 4,19 % à 45 euros à la clôture. Quoi qu'il en soit, les dirigeants du groupe ont réaffirmé leur foi dans l'avenir de la télévision généraliste.

"L'écoute individuelle consacrée à la télévision augmente", s'est réjoui Patrick Le Lay. Elle a progressé de 13 minutes en quatre ans, a noté Etienne Mougeotte, vice-président et directeur général de l'antenne, ajoutant: "ces chiffres nous rendent joyeux et optimistes".

Bien calée dans son fauteuil de leader avec 33,4% de part de marché en 2000, TF1 a également enregistré 91 des 100 meilleures audiences cette année-là. La fiction et les séries, a souligné Etienne Mougeotte, ont confirmé leur "place prépondérante", s'adjugeant 42 de ces records d'audience. Même à la baisse, les films demeurent selon lui "un produit d'appel extrêmement fort", suivis des sports.

La part des émissions de divertissement dans ce top 100 est en revanche "toujours à la baisse et nous devrons en tenir compte", a-t-il averti. Pour lui, la relève est à rechercher dans "l'infotainment" (information divertissante), façon "Qui veut gagner des millions?", et la real-T, avec des concepts tels "Survivor", attendu cet été sur l'antenne de TF1.

Tant Etienne Mougeotte que Patrick Le Lay ont par ailleurs réaffirmé qu'il tiendraient serrés les cordons de la bourse. Le coût de la grille a progressé de 2,4% en 2000 et ne devrait pas excéder 3% cette année.

Les droits sportifs, ont-ils martelé, ne devront pas le grever. "Nous ne prendrons la Coupe du Monde de football 2002 que si nous arrivons à un prix raisonnable", a prévenu M. Mougeotte, fustigeant les détenteurs de droits sportifs qui s'étaient pris à "rêver en couleur".

Quant à Patrick Le Lay, il a réaffirmé son scepticisme à l'égard de la télévision numérique hertzienne qui doit permettre de recevoir à compter de Noël 2002 jusqu'à 36 chaînes sans changer d'antenne ni de téléviseur mais en ajoutant un décodeur.

"Si ça continue comme ça, on ne peut aller qu'à l'échec", a-t-il lancé.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution