Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 10 Septembre 2008 à 00:00

Les dernières communes françaises privées de mobile couvertes en 2011

Le secrétaire d'Etat à l'Aménagement du territoire, Hubert Falco, s'est engagé mercredi, en présence des trois opérateurs et des collectivités, à couvrir d'ici 2011 les 364 communes françaises qui n'ont pas encore accès à la téléphonie mobile.

Ces communes, situées dans des endroits reculés et peu peuplés, et représentant entre 10.000 et 20.000 habitants, ont été oubliées du plan de couverture initial des "zones blanches" (qui ne captent aucun opérateur mobile), lancé en 2003 et présenté comme "une première" en Europe. Ce programme portait sur 3.072 communes: à ce jour, 2.774 d'entre elles ont désormais accès à un service de téléphonie mobile, soit "plus de 90% des sites", a précisé le secrétaire d'Etat lors d'une conférence de presse, avant d'ajouter que le plan serait achevé fin 2008.

"Alors que certains ont mis en doute la faisabilité de cet ambitieux programme, (...) les partenaires ont tenu leur pari", s'est félicité M. Falco. La priorité est maintenant aux 364 communes "encore à l'écart de ce mouvement", un retard jugé "inacceptable" par le secrétaire d'Etat. L'ensemble des acteurs concernés (les opérateurs SFR, Orange et Bouygues Telecom, l'autorité de régulation des télécoms -l'Arcep- et les collectivités locales), réunis mercredi, se sont engagés à couvrir 80% d'entre elles fin 2010 et la totalité en 2011, soit 99,3% de la population.

L'installation d'une antenne prend en moyenne "24 mois après identification d'une implantation adaptée", ont-ils rappelé, notamment en raison des spécificités du territoire français (très étendu avec une faible densité démographique), mais aussi des démarches administratives nécessaires. Pour couvrir ces 364 communes, l'Etat et chacun des trois opérateurs ont consenti une rallonge. Au total, le plan de couverture des "zones blanches" représente un investissement de plus de 600 millions d'euros, a précisé M. Falco.

Afin de gagner du temps et de réduire les coûts, les opérateurs ont travaillé ensemble. Ainsi, ils se sont répartis l'installation des sites: 65% des communes ont été couvertes en "itinérance locale" (un seul opérateur achemine le trafic pour tout le monde) et les 35% restantes par "mutualisation" (les équipements des trois réseaux sur un même pylône). "Les opérateurs ont prouvé qu'ils pouvaient travailler ensemble", s'est réjoui Frank Esser, le PDG de SFR. "C'est un long travail mais nous allons poursuivre nos efforts", a renchéri Louis-Pierre Wenes, directeur exécutif de France Télécom en France.

Par ailleurs, un point d'étape sera fait début 2009 sur "la couverture (mobile) des axes de transport prioritaires, comme le prévoit la loi pour la modernisation de l'économie du 4 août 2008", a ajouté M. Falco.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution