Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 17 Septembre 2008 à 00:00

Le programme spatial européen pour l'environnement rebaptisé Kopernikus

Le programme spatial européen pour la surveillance de l'environnement et la sécurité, jusqu'ici intitulé GMES (pour Global Monitoring for Environment and Security, a été rebaptisé Kopernikus, ont annoncé mardi au cours d'un forum à Lille de hauts responsables européens.

Il y a 500 ans, l'astronome "Copernic (1473-1543) a révolutionné notre compréhension de l'univers. J'espère que Kopernikus va de la même manière révolutionner notre compréhension de la Terre", a déclaré le vice-président de la Commission européenne Günter Verheugen. Le programme Kopernikus est mené conjointement par la Commission européenne et l'Agence spatiale européenne (ESA). Il comprend un système satellitaire d'observation de la Terre et des océans qui inclut de nouveaux satellites et d'autres déjà existants.

Le but de Kopernikus, dont certaines applications sont réservées aux militaires, est de "donner à tous les acteurs, et sur le long terme, des informations sur l'état de l'environnement et son évolution", a déclaré de son côté la ministre française de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. "Ces informations doivent être considérées comme un bien public européen et donc être disponibles pour tous", et "bien sûr, elles doivent être gratuites", a ajouté Mme Pécresse.

Le financement de l'infrastructure est assuré à hauteur de 1,2 milliard d'euros par le budget européen, tandis que l'ESA contribue également pour le même montant, a précisé M. Verheugen. Le changement de nom de GMES en Kopernikus marque l'avènement d'une phase opérationnelle, qui devra être prise en charge par les utilisateurs, lesquels pourront être institutionnels comme l'Agence européenne de l'environnement (basée à Copenhague) ou privés.

En assurant d'emblée un financement public à Kopernikus, les Européens ont voulu assurer la pérennité du système et éviter les difficultés rencontrées avec le programme Galileo, un ensemble de satellites de communications destiné à concurrencer à partir de 2013 le GPS américain. Galileo a finalement nécessité 3,4 milliards d'euros de fonds communautaires, après l'échec d'un projet de financement par des industriels.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution