Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 21 Septembre 2008 à 00:00

L'inquiétude des créateurs prend de l'ampleur à l'approche du projet de loi

L'inquiétude des créateurs de programmes audiovisuels, en particulier dans la fiction, prend de l'ampleur à 19 jours de la publication du projet de loi réformant l'audiovisuel français.

Réunis à La Rochelle (Charente-Maritime) pour le 10e festival de la fiction télévisée, auteurs et producteurs ont mis en cause avec virulence le président Nicolas Sarkozy, le gouvernement et la majorité parlementaire accusés de vouloir étrangler financièrement les créateurs d'oeuvres audiovisuelles, notamment de fiction. Selon Pascal Rogard, délégué général de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), "le discours de défense de la création est maintenant remplacé par le discours de la défense de groupes (audiovisuels) puissants". "Je ne vois pas où est l'intérêt de la France d'avoir des groupes puissants pour diffuser massivement de la fiction américaine", ajoute-t-il.

Pour Jacques Peskine, qui préside l'USPA, l'une des principales associations de producteurs, l'effet principal des annonces du gouvernement sur la suppression de la publicité pour l'audiovisuel public a été une "réduction de la production". "Il y a véritablement une remise en cause du volume d'activité des créateurs et des producteurs", juge-t-il. Pour sa part, Patrice Duhamel, directeur général de France Télévisions, en charge des antennes, n'hésite pas à assurer que France Télévisons vit une "période incroyablement difficile", alors qu'une partie de ses recettes publicitaires va se tarir dans "100 jours", en principe le 5 janvier 2009, si le projet est adopté.

Selon lui, à ce jour, "le compte n'y est plus" et il est impossible de dire si les crédits nécessaires au développement de France Télévisions seront assurés par le futur projet de loi. "Le compte y sera", assure de son côté Christophe Tardieu, directeur de cabinet adjoint du ministère de la Culture, sans convaincre les nombreux créateurs présents dans la salle, et surtout les députés de l'opposition qui ont fait le voyage à La Rochelle.

Selon le député socialiste Patrick Bloche, "on est en train de faire la loi uniquement pour des intérêts particuliers", pour créer des groupes audiovisuels privés puissants. "La création audiovisuelle n'a jamais été aussi en danger depuis longtemps", assure-t-il. Le groupe des députés socialistes est d'ailleurs décidé à "tout faire" pour que la loi n'entre pas en vigueur début janvier, comme prévu.

Selon la productrice Fabienne Servan-Schreiber, qui anime un mouvement de défense du service public, la décision de supprimer la publicité annoncée début janvier "a mis la profession dans un état de déstabilisation qui explique notre inquiétude". Selon Patrick Bloche, le gouvernement a fait "le choix d'une asphyxie budgétaire progressive" de France Télévisions, largement en tête des investissements dans la fiction française.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution