Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 14 Octobre 2008 à 00:00

La suppression de la publicité sur France TV ne sera pas retardée

La proposition d'Edouard Balladur de reporter la suppression de la publicité sur France Télévisions pour tenir compte de la crise financière aura fait long feu : Nicolas Sarkozy a réaffirmé son intention de mener à bien la réforme de l'audiovisuel public, selon Jean-François Copé.

L'ancien Premier ministre Edouard Balladur (UMP) a proposé dimanche de suspendre "à titre provisoire" la suppression de la publicité sur les chaînes publiques et d'affecter les économies ainsi réalisées par l'Etat au financement du RSA pour un ou deux ans. "Le président de la République m'a confirmé personnellement ce matin (lundi) au téléphone qu'il entendait que la réforme soit menée à bien, dans l'ensemble du dispositif, d'ici à la fin de l'année", a déclaré le patron des députés UMP, Jean-François Copé. "Il a été très clair sur ce point" en rejetant la proposition émise par M. Balladur.

Pour la ministre de la Culture et de la Communication, Christine Albanel, "ce n'est pas parce qu'il y a la crise qu'il faut interrompre tout ce qui est entrepris en termes de réforme". "La loi est prête", a-t-elle dit, soulignant que "tout le monde l'a anticipée" et qu'elle "va passer en Conseil des ministres le 22 octobre". Le ton était différent du côté des syndicats de France Télévisions, ceux-ci mettant en avant l'insuffisance de la compensation de la suppression de la publicité. La CGT s'est dite favorable à un moratoire sur la suppression de la publicité. "Depuis le mois de mai, la CGT dit être favorable à un moratoire car la commission Copé n'a pas trouvé de modèle alternatif, pérenne et crédible", a déclaré Jean-François Téaldi, porte-parole de la CGT de l'audiovisuel.

Pour la CGT, "un moratoire ne suffirait pas". Le syndicat souhaite le vote d'un collectif budgétaire qu'il chiffre "à 160 millions d'euros pour France Télévisions" étant donné les pertes de rentrées publicitaires depuis l'annonce du président Sarkozy en début d'année. Le SNJ a lui aussi jugé que "l'idée d'un moratoire (n'était) pas à écarter dans la mesure où cela permettrait à France Télévisions de mener beaucoup plus en douceur sa réforme". Le projet de budget 2009 prévoit une allocation de 450 millions d'euros pour France Télévisions afin de compenser l'arrêt de la publicité après 20H00 à partir de janvier prochain.

Deux taxes doivent contribuer à la compensation de la suppression de la publicité : une de 3% sur la publicité des chaînes privées et l'autre, de 0,9% sur les services fournis par les opérateurs de télécommunication. Les chaînes TF1, M6 ainsi que les opérateurs de télécommunication n'ont pas souhaité réagir à la proposition d'Edouard Balladur.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution