Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 17 Octobre 2008 à 00:00

"Jeudi noir" pour le cyclisme en Allemagne

Le cyclisme allemand a vécu un "jeudi noir" avec les annonces de la non retransmission du prochain Tour de France par la télévision publique et de l'annulation du Tour d'Allemagne 2009, en raison des affaires de dopage qui ternissent ce sport.

Les deux principales chaînes de télévision publique, ARD et ZDF, ont annoncé qu'elles renonçaient à diffuser le Tour de France en direct l'an prochain, frappant ainsi un grand coup alors que l'Allemagne s'est érigée en croisée de la lutte anti-dopage. "La valeur sportive du Tour de France a considérablement diminué en raison de la multiplication des affaires de dopage", a déclaré le président d'ARD, Fritz Raff. "L'intérêt d'une diffusion a donc également considérablement diminué".

Les deux chaînes se contenteront de rendre compte de l'épreuve dans leurs différentes émissions sportives ou journaux d'information. A peine digérée cette annonce, le monde du cyclisme a subi un nouveau choc avec l'annulation du Tour d'Allemagne, la plus grande épreuve cycliste du pays, qui a lieu chaque année à la fin de l'été. Les organisateurs de l'épreuve, remportée cette année par Linus Gerdemann, qui veut incarner une nouvelle génération de cyclistes "propres", ont décidé de jeter l'éponge, estimant que les scandales de dopage ne leur permettent plus de commercialiser correctement l'épreuve.

Si ces annonces ont fait trembler le monde du cyclisme, elles s'inscrivent dans une longue phase de désamour des Allemands pour ce sport. Depuis les accusation de dopage contre Jan Ullrich en 2006, l'Allemagne se désintéresse du cyclisme. Le vainqueur du Tour de France 1997, seul Allemand à avoir remporté cette épreuve, a toujours nié s'être dopé malgré les révélations de la presse espagnole qui affirmait qu'il était l'un des clients du médecin espagnol Eufemiano Fuentes, au coeur d'un réseau de dopage sanguin. Ancien héros national, Ullrich est depuis devenu un "paria" et personne outre-Rhin ne semble croire à son innocence.

Finalement, ce sont les dernières révélations de dopage sur le Tour de France 2008, notamment dans l'équipe allemande Gerolsteiner, qui auront sonné le glas. Le coureur autrichien Bernhard Kohl, meilleur grimpeur du Tour et troisième au classement final, a reconnu mercredi s'être dopé à l'EPO Cera lors de l'épreuve. Son coéquipier allemand, Stefan Schumacher, a également été contrôlé positif lors de tests rétroactifs mais a jusqu'à présent nié les faits. Le service public avait déjà suspendu sa diffusion de la Grande boucle en 2007 après des révélations de dopage, mais le public n'avait pas été privé de Tour puisque la chaîne privée Sat.1 avait repris les retransmissions. A l'époque, le cycliste allemand Patrik Sinkewitz avait été contrôlé positif à la testostérone.

Pour l'édition 2008, le service public avait décidé de revenir sur le Tour mais avec une programmation beaucoup plus réduite. Mardi, le président de la Fédération allemande de cyclisme, Rudolf Scharping, a reconnu que ce sport luttait pour sa survie en Allemagne mais qu'il fallait agir fermement contre les pratiques de dopage. De fait, Milram sera l'an prochain la seule formation allemande encore présente dans le cyclisme professionnel. Gerolsteiner a décidé de se retirer immédiatement après l'annonce des contrôles positifs de ses coureurs Schumacher et Kohl. Faute de sponsor, l'équipe devait de toutes façons disparaître à la fin de la saison.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution