Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 19 Octobre 2008 à 00:00

Un plan pour booster l'économie numérique et doper une croissance en berne

Le gouvernement présente lundi le plan "France Numérique 2012", qui vise à combler le retard de l'Hexagone dans ce secteur-clé pour la croissance, en dopant l'internet haut débit, en accompagnant le passage à la télévision numérique ou encore en stimulant la concurrence dans le mobile.

Prévue le 13 octobre, sa présentation a été reportée d'une semaine en raison de la crise financière et de la mise en oeuvre des conclusions du Sommet des Etats de la zone euro. Symboliquement, le président Nicolas Sarkozy dévoilera lui-même en fin de matinée les mesures phares de ce plan, qui en compte quelque 150. Il sera ensuite détaillé, en début d'après-midi, par son artisan, le secrétaire d'Etat au Développement de l'économie numérique Eric Besson, dont la nomination en mars avait constitué une première dans l'histoire de la République.

Son objectif est de faire de la France à horizon 2012 "une puissance numérique à l'égal des économies les plus dynamiques de notre planète". L'Hexagone est aujourd'hui à la traîne, avec une part de l'économie numérique dans le PIB de 6%, contre 13% aux Etats-Unis et 17% en Corée. L'enjeu est d'autant plus crucial que le numérique pourrait permettre, selon les acteurs du secteur, de relancer l'économie française avec un potentiel "d'au moins un demi-point de croissance supplémentaire" et la création de centaines de milliers d'emplois. Un atout non négligeable alors que la France est menacée de récession.

Le coup d'envoi de ce chantier a été donné fin mai par M. Besson, avec le lancement des Assises du numérique. Quelque 130 ateliers organisés jusqu'à la mi-juillet ont permis de nourrir la réflexion, autour de 27 pistes de travail. Le plan vise notamment à atteindre deux objectifs fixés par M. Sarkozy en mars: connecter d'ici 2012 "tous les Français" à l'internet haut débit (contre 54,2% mi-2008) et de porter d'ici 2010 à 70%, contre 55% actuellement, la part des ménages équipés d'un ordinateur. Le gouvernement va d'ailleurs annoncer des mesures pour équiper les écoles primaires en mini-PC.

Le dossier de la télévision numérique terrestre (TNT) sera également abordé. Décision très attendue, Nicolas Sarkozy va trancher la question stratégique du dividende numérique, ces fréquences hertziennes qui seront libérées par l'arrêt de l'analogique, programmé avant fin 2011, en annonçant leur répartition entre radio, télévision et télécoms. Une partie sera vraisemblablement attribuée aux opérateurs, comme l'ont proposé la commission parlementaire sur le dividende numérique et l'autorité de régulation des télécoms (Arcep).

Le gouvernement va par ailleurs annoncer des aides pour les foyers les plus modestes, comme la subvention de l'achat de décodeurs TNT. Selon un rapport de Bercy, l'Etat pourrait retirer plus de 1,4 milliard d'euros du dividende numérique, une manne dont une partie doit être affectée au financement du plan. Autre dossier-clé: la quatrième licence de téléphonie mobile, convoitée par le fournisseur d'accès à internet Free (Iliad), candidat malheureux en 2007.

Alors que des informations de presse ont évoqué son possible abandon, M. Besson a déclaré que le plan expliquerait "selon quels critères et quelles méthodes attribuer" les fréquences disponibles "pour faire de la téléphonie de troisième génération". Enfin, le plan se penchera sur la question de la formation, de l'administration électronique ou encore du regroupement dans un "Conseil national du numérique" de diverses instances dont le Forum des droits de l'Internet.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution