Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 12 Mars 2001 à 00:00

L'avenir radieux de la téléphonie IP

L'IP teléphonie (Internet protocol), c'est-à-dire la transmission par internet de la voix, de fax, de vidéos et de données, devrait s'imposer dans un futur proche aux systèmes actuels jugés trop coûteux, ont estimé vendredi à Genève des experts du monde entier réunis par l'Union internationale des télécommunications (UIT).

Cette technologie, liée au développement exponentiel d'internet, soulève néanmoins de nombreuses questions dont celles touchant à la régulation du trafic et à la "fracture numérique" entre pays riches et pauvres, débattues pendant deux jours à Genève dans un "forum mondial des politiques de télécommunication".

"Les investissements dans les réseaux IP peuvent être considérés comme des investissements d'avenir, quel que soit l'état de développement économique de chaque Etat-membre", estime le secrétaire général de l'UIT, Yoshio Utsumi, dans un rapport adopté par le forum.

Ces investissements ne concernent pas seulement l'usage moins cher du téléphone, grâce à cette nouvelle technologie, mais aussi la transmission de données, de textes et de vidéos, souligne-t-il. "Les réseaux de téléphonie mobile de la troisième génération (UMTS), comme les réseaux de lignes fixes, seront probablement basés sur la technologie IP", estime-t-il.

D'ores et déjà de grands opérateurs téléphoniques des pays industrialisés se sont lancés dans l'aventure, mais aussi de toutes nouvelles compagnies comme China Netcom qui prévoit d'offrir ces nouveaux services dans 15 grandes villes chinoises. La principale raison invoquée est le coût nettement moins élevé de la transmission, celle-ci n'étant pas liée à la distance, l'un des critères actuels dans l'établissement d'un paiement.

La libéralisation des marchés est l'un des autres facteurs mis en avant par les opérateurs pour adopter cette nouvelle donne technique, actuellement utilisée seulement par 3% du trafic mondial, selon les statistiques de l'UIT.

En 2000, quelque quatre milliards de minutes de transmission internationale par voix ou par fax ont été effectuées par IP, selon l'UIT qui s'attend à ce qu'en 2001 ce chiffre soit porté à sept milliards. Cette croissance exponentielle soulève de nombeuses interrogations sur la nécessité ou non d'une régulation de ces réseaux, sur le maintien ou non dans certains pays, en développement notamment, d'un monopole sur les télécommunications ou d'octroi de licences, considérés comme autant de sources importantes de revenus.

D'autre part, le développement de cette nouvelle technique de transmission via internet, dont la démocratisation est liée par définition à l'accroissement des utilisateurs d'ordinateurs, fait courir le risque d'accentuer la "fracture numérique" entre pays technologiquement avancés ou non, entre riches et pauvres, entre ceux possédant et/ou maîtrisant suffisamment ce nouveau savoir et ceux qui n'en ont aucune maîtrise, ont relevé les experts.

Ainsi, les pays en voie de développement, souligne le secrétaire général de l'UIT, peuvent trouver un réel intérêt dans l'usage extensif de cette nouvelle technique de transmission. Elle leur permet en effet de réduire très sensiblement le coût des appels téléphoniques internationaux, et, ainsi, d'être davantage présent dans les échanges économiques mondialisés. Elle leur permet également d'accéder très rapidement à un niveau technologique élevé, équivalent à celui des pays industrialisés par exemple.

Mais, la technologie IP peut tout aussi être perçue "comme une menace qui mine le principe même des structures actuelles des systèmes classiques de transmission, et diminue les profits retirés des appels téléphoniques internationaux entrant et sortant de ces pays", souligne le rapport.

Dès lors, les réseaux existants courent le risque de souffrir de manques d'investissements. Jusqu'ici, les pays en voie de développement ont une "approche peu libérale" vis-à-vis de cette nouvelle technologie, à l'exception notable de la Chine, note l'UIT. Une attitude que la pression de grands opérateurs et celles des consommateurs peut faire évoluer.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution