Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 13 Novembre 2008 à 00:00

Diversité à la TV: le CSA veut remédier à un constat "intolérable"

"Inacceptable", "intolérable".

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) n'a pas trouvé de mots assez forts pour stigmatiser la place réduite que les chaînes françaises accordent aux non-blancs dans leurs programmes, promettant des mesures pour y remédier. Président du CSA, Michel Boyon a rendu public mercredi les résultats de la première étude menée par l'Observatoire de la diversité dans les médias audiovisuels qu'il a jugés "inacceptables, intolérables dans la France de 2008". Réalisée du 11 au 17 février, aux heures de fortes audiences (17H00-24H00 et journaux télévisés de 13H00) sur 15 chaînes gratuites de la TNT, l'étude évalue à 14% en moyenne (dont 8% de Noirs) la part de personnes non-blanches à l'antenne.

L'Observatoire s'en prend notamment aux fictions françaises, aux sujets de JT traitant de l'actualité française et aux émissions de divertissement, dont les animateurs comme le public sont jugés par trop "pâles". Pour faire son diagnostic, le CSA a comparé les résultats de l'étude de février avec ceux d'une étude similaire menée en 1999 auprès de cinq grandes chaînes (TF1, France 2, France 3, Canal+ et M6). Côté fiction française, l'étude de 1999 recensait 14% de personnages non blancs. Neuf ans plus tard, ce pourcentage est passé à 15%. Mêmes résultats pour les JT. Pour les animateurs (6% en 1999), la progression n'est également que d'un point. Vice-président de l'Observatoire, le conseiller Alain Méar juge "consternante" et "affligeante" une aussi faible augmentation en neuf ans.

Le constat du Club Averroès, qui milite pour le respect des minorités visibles dans les médias, est encore plus sévère. Interrogé par l'AFP, le président du Club Amirouche Laïdi, qui s'apprête à publier son propre bilan annuel sur le sujet, estime que "le cru 2008 sera un très mauvais cru". Le CSA évite de publier les résultats de son enquête chaîne par chaîne, mais Amirouche Laïdi estime que toutes les chaînes ont été de "mauvais élèves" en matière de diversité en 2007-2008, exception faite de Canal+ et la chaîne locale d'Ile-de-France NRJ Paris. Le groupe public France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô) ne conteste pas les chiffres du CSA.

Secrétaire général en charge de la communication Camille Pascal se déclare "convaincu que du chemin reste à faire" pour que les écrans du service public reflètent correctement la diversité française. Mais, indique-t-il à l'AFP, "nos études montrent que les chaînes du service public sont perçues par le public comme étant les plus ouvertes à la diversité". France Télévisions, dit-il, a "un bilan à faire valoir". Le CSA a donc annoncé la création d'un "baromètre semestriel de la diversité" et des réunions de travail avec chaque chaîne, qui devront s'engager sur des objectifs propres dès 2009. "Il est indispensable que la diversité soit mieux représentée parmi les cadres dirigeants" des chaînes, a notamment souligné Michel Boyon. Faute de quoi, le CSA utilisera des "actions juridiques plus incitatives et impératives", et "pourquoi pas, des dispositifs de sanctions", a-t-il ajouté.

Sans attendre, le patron des députés UMP Jean-François Copé a déjà annoncé que son groupe défendrait des amendements visant à favoriser la diversité au sein de France Télévisions, lors de l'examen du projet de loi sur l'audiovisuel public.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution