Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 24 Novembre 2008 à 00:00

Diversité dans les médias : la club Averroes dénonce un "retour en arrière"

"Une année ratée", "une année pour rien", une année de stagnation, voire même de régression".

Champion de la diversité dans les médias, le Club Averroes dresse un état des lieux accablant pour la période 2007-2008 dans son rapport annuel publié lundi. Qu'il s'agisse des chaînes, des radios ou de la presse écrite, le Club, quitte à se montrer "provocateur", fait état d'une "année noire pour la diversité" et fustige un "retour en arrière" après l'"élan" relevé l'an dernier. Les conclusions du Club rejoignent celles du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) qui avait dénoncé le 12 novembre une situation "intolérable" dans les médias, estimant qu'aucun progrès n'avait été fait en dix ans.

Première chaîne française en terme d'audience, TF1, selon le Club Averroes, "se repose sur ses lauriers", après "l'effet de souffle" qu'a constitué la nomination "symbolique" du journaliste de couleur Harry Roselmack à la présentation du journal télévisé de 20H00. L'arrivée récente sur la chaîne du premier directeur de fictions issu des minorités visibles en France (ndlr, André Béraud) ne compense pas l'absence de Français issu de l'immigration dans la série quotidienne "Seconde chance" ou l'"absence de visages colorés dans l'équipe d'animation" du nouveau magazine "10h le mag".

A France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5, France ô et RFO), "c'est plutôt l'immobilisme qui semble caractériser la situation de la diversité au sein de la holding publique". Le Club s'indigne notamment que les cas de discrimination dénoncés ne soient "toujours pas réglés" après deux ans d'efforts. Seule chaîne généraliste du secteur public, France 2 "connaît une période atone en termes de diversité". La rédaction "compte peu de journalistes issus des minorités visibles et son encadrement est exclusivement monocolore".

Exception cependant pour France 4, chaîne gratuite de la télévision numérique terrestre (TNT), jugée "la plus en avance sur la diversité", dans ses programmes comme ses effectifs. Mais France ô, chaîne locale de la TNT en Ile-de-France, pourtant présentée comme chaîne "de la diversité", reste trop "ultramarine" dans sa programmation, en raison d'un effort "pas assez soutenu". Le Club est plus indulgent pour Arte, sensible à "la diversité des minorités visibles" et TV5Monde, dans une "position exemplaire", mais qui reste une simple "vitrine vers l'étranger".

Dans les nouvelles chaînes de la TNT gratuite, on est en revanche "loin du compte". Côté radio, le Club accorde un satisfecit au groupe public Radio France, "le seul à avoir oeuvré de manière structurante sur cette question" en créant une "Mission Diversité". Mais les radios privées conventionnées par le CSA "semblent ignorer" leurs obligations en matière de diversité, notamment Europe 1 qui "s'est toujours distinguée par une quasi absence de diversité sur son antenne". Sur les réseaux musicaux FM, l'état de la diversité "est alarmant", en particulier dans les radios musicales destinées à un public jeune.

Finalement, la presse écrite et magazine, qui "fustige à longueur de colonnes le manque de diversité dans les autres médias", "se croit en dehors du débat et ne fait aucun effort visible pour tenter de remédier à ces problèmes au sein de ses rédactions". En conclusion le Club préconise la création d'un groupe de travail autour du CSA pour "identifier des pratiques exemplaires afin de les diffuser".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution