Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 1 Décembre 2008 à 00:00

Avec Télémigrants, l'internet rattrape et aide les villages reculés du Mali

Parler, se voir ou échanger par internet avec des proches restés au pays, dans des petits villages reculés, sera une réalité en 2009 pour les Maliens de France grâce au projet Télémigrants, qui leur permet aussi de participer financièrement au développement de leur région d'origine.

L'idée du projet, soutenu par le ministère de l'Immigration et du développement solidaire et par le Centre national d'études spatiales (Cnes), a été lancée il y a trois ans en région parisienne par une poignée d'expatriés maliens, originaires de Kersiniané et de Yélimané, deux communes rurales "pilotes" situées au nord-est du Mali et abritant quelques milliers d'habitants. "Nous voulons que nos proches ne soient plus isolés du monde. Chez nous au pays, la couverture téléphonique est toujours mauvaise, l'hôpital le plus proche est à 60 km et envoyer un jeune à l'université à Bamako coûte cher.

Tout sera plus accessible grâce à l'internet", explique un des initiateurs du programme, Toumani Traoré, 45 ans, natif de Kersiniané. Comme ses compagnons, il compte dans le courant du premier trimestre 2009, lorsque le projet Télémigrants sera totalement opérationnel, utiliser écrans larges, webcams et ordinateurs pour communiquer avec les siens, qui seront comme lui équipés du même matériel et installés dans une sorte de cybercafé. Avec l'internet haut-débit, "quasi-inexistant" dans les zones rurales du Mali, Toumani Taroré espère faire profiter sa famille du télé-enseignement et de la télé-médecine, qui permettront formations et consultations médicales à distance.

Ces deux derniers domaines seront d'ailleurs pilotés par le Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine (RAFT) et l'université numérique francophone mondiale (UNFM) dans le cadre de Télémigrants. "L'enjeu principal, c'est que l'accès à l'internet haut-débit soit auto-financé, principalement par les migrants qui ont de l'argent, par la délivrance de services en mode prépayé", explique Jean-Luc Colombani, un responsable de la société de télécommunications Telemedia group, qui développe le projet.

Sur chaque transaction des migrants qui communiqueront et enverront de l'argent par internet, un pourcentage variable sera prélevé et investi dans le fonctionnement et le développement du numérique à Kersiniané et à Yélimané. Ce financement indirect pourra par exemple permettre l'extension du réseau internet, son entretien, ou assurer l'interconnexion d'écoles, de dispensaires médicaux ou des coopératives alimentaires.

Télémigrants, qui a fait l'objet d'une présentation le 24 novembre à Lyon lors de la conférence mondiale sur la solidarité numérique, fonctionne avec un budget de 400.000 euros dont 57% a été subventionné. Il pourrait aussi concerner en 2009 les Comores, le Sénégal, la Guinée, le Congo, la République démocratique du Congo ou encore le Cameroun.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution