Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 29 Novembre 2008 à 00:00

Prix des carburants: la Guyane paralysée, tir d'Ariane reporté

La Guyane est paralysée depuis lundi par des barrages routiers dressés pour protester contre la hausse des carburants, un mouvement qui a entraîné le report du prochain tir d'Ariane 5.

Le mouvement de protestation qui a mené à l'organisation de barrages routiers regroupe notamment une association de consommateurs et des transporteurs, qui réclament une baisse de 50 centimes du prix du carburant, qui s'élève à 1,77 euro le litre d'essence et 1,55 euro celui de gazole. Le tir d'Ariane 5, qui devait avoir lieu le 10 décembre de la base de Kourou, en Guyane, a été reporté au 16 décembre du fait des barrages, a indiqué vendredi soir, à Paris, le service de presse du secrétariat d'Etat à l'Outremer. "Chaque jour de blocage génère un jour de retard dans les opérations de préparation au lancement", avait averti jeudi sur RFO Guyane le directeur du Centre Spatial Guyanais, Joël Barre.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Centre national d'études spatiales (Cnes) avait indiqué à l'AFP que les blocages routiers entraîneraient un report du prochain tir d'Ariane, sans annoncer de nouvelle date. Le tir, le sixième et dernier pour 2008, doit emporter deux satellites pour l'opérateur de télécommunications européen Eutelsat. Le centre spatial guyanais a mis en place des navettes fluviales et des rotations en hélicoptères pour permettre à une partie de son personnel de se rendre sur la base. Mais selon le Cnes, ces navettes ne concernent qu'une petite minorité des 2.000 employés.

La Guyane est paralysée depuis lundi par un mouvement de protestation contre les hausses de prix des carburants, avec de nombreux barrages routiers, notamment autour de Kourou. Au moins une vingtaine de personnes ont été arrêtées. Le préfet de Guyane, Jean-Pierre Laflaquière, a affirmé vendredi qu'une baisse de 50 centimes, réclamée par les manifestants, n'est pas envisageable, tout en lançant un appel au calme. "Il faut rester réaliste (...) le chiffre est trop fort", a-t-il déclaré au micro de RFO. "Nous sommes en train d'imposer aux pétroliers (...) de faire des efforts. A un moment donné, on n'y arrive plus, il y a un problème d'équation économique" a-t-il ajouté.

Le préfet a demandé à la Région Guyane de baisser de 10 centimes la taxe qu'elle perçoit sur le litre de carburant. Il a aussi annoncé avoir déjà décidé, avec les pétroliers, une baisse de 11 et 12 centimes d'euros sur le sans plomb et le gazole au 1er décembre. Vendredi, environ 2.000 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Cayenne, alors qu'une visioconférence devait être organisée pour des discussions entre Paris et Cayenne. Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo, et des représentants des groupes pétroliers à Paris devaient discuter avec des élus et des socio-professionnels de Guyane.

Les manifestants, notamment venus des barrages de la périphérie de Cayenne, étaient bloqués devant la Chambre de Commerce et d'industrie, à proximité de la préfecture, protégée par les forces de l'ordre. Le directeur du centre hospitalier de Cayenne, Pierre Pauchard, a quant à lui demandé aux manifestants de laisser passer les dockers pour décharger des containers de médicaments depuis un navire. Un premier container de médicaments qui restait bloqué sur le navire "Douce France" au port de Degrad-des-Cannes (Rémire-Montjoly) est finalement arrivé dans l'après-midi à l'hôpital de Cayenne, a indiqué l'hôpital.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution