Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 16 Décembre 2008 à 00:00

Le panneau publicitaire numérique commence à fleurir en France

Plus besoin de papier ni de colle: le panneau publicitaire numérique commence à fleurir dans le métro et les aéroports et fera son apparition dans les rues françaises en 2009.

Quatre panneaux de ce genre ont été inaugurés le 1er décembre dans le métro parisien par Metrobus, filiale de Publicis, qui en installera 400 d'ici juin puis 800 dans les grandes gares SNCF au deuxième semestre. Ces écrans LCD hauts de 1,60 mètre et larges de 90 centimètres, fournis par Samsung, permettent la diffusion d'images animées de quelques secondes, muettes pour l'instant mais qui pourront être sonorisées.

JCDecaux, qui exploite 300 panneaux numériques dans les aéroports de Roissy et Orly, lancera en 2009 "quelques pilotes" dans plusieurs villes, révèle Albert Asséraf, directeur de la stratégie. Son concurrent Clear Channel a installé 200 écrans plasmas dans des centres commerciaux et sept panneaux numériques à Nantes. Désormais "la bataille concurrentielle se situe de plus en plus dans les contenus numériques", raconte Etienne Reignoux, directeur de la stratégie de Clear Channel France: "ça devient incontournable, c'est notre révolution internet à nous!".

La numérisation des panneaux publicitaires est bel et bien lancée "car deux facteurs sont réunis: la qualité des écrans, très élevée aujourd'hui, et les coûts, plus attractifs qu'il y a quelques années", explique M. Asséraf. Populaires en Asie, à Londres ou aux Etats-Unis, les écrans devraient séduire les annonceurs français car ils captent mieux l'attention des passants. Dans les rues, ils diffuseront une succession d'images fixes car les villes françaises y interdisent généralement les publicités animées, mais aucune restriction n'existe pour les lieux fermés comme les stations de métro.

"Le premier secteur intéressé sera évidemment le cinéma" mais d'autres apprécieront de pouvoir montrer "l'effet d'un mascara ou le mouvement d'une montre", souligne le président de Publicis, Maurice Lévy. Autre avantage, "le numérique permet un partage du temps tout à fait inédit" selon M. Asséraf: "on peut communiquer pendant des mois mais une heure par jour, le matin et pas l'après-midi, changer l'annonce si le produit est en rupture de stock...".

Une publicité pour des céréales serait ainsi programmée le matin, et celle pour un spectacle le soir. Les panneaux installés dans le métro et les gares seront équipés de capteurs permettant de "mesurer le nombre de personnes qui passent et quelle partie de l'affiche est regardée" donc de vérifier son efficacité, dit M. Lévy. D'ici six mois, ils communiqueront en Bluetooth (technologie de communication sans fil) avec les téléphones mobiles compatibles des passants et leur enverront, s'ils acceptent, des publicités ou coupons de réduction.

"Le contact publicitaire en extérieur a vocation à devenir plus interactif et à s'enrichir: l'image va raconter une histoire, le passant pourra télécharger un contenu qui va avec...", estime M. Reignoux. Une révolution qui ne plaît pas à tout le monde: les panneaux numériques du métro parisien ont été attaqués à la peinture par le groupe anti-publicité "Raslapub", qui les accuse d'être "énergivores" et de "happer encore davantage l'attention des usagers". Quant au mécanisme de mesure de l'audience, c'est "un procédé digne des romans d'Orwell", s'alarme le collectif.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Bob | Jeudi 20 Mai 2010 à 18:04
Un compétiteur sérieux pour les Big Brother Awards.
Faites un geste citoyen, vandalisez les capteurs.
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution