Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 3 Avril 2001 à 00:00

"La bourse et la vie" sur ARTE

ARTE propose une nouvelle collection de huit documentaires de création intitulée "La bourse et la vie" dans "La vie en face", qui débute le 3 avril à 20H45 avec "Le profit et rien d'autre, ou réflexions abusives sur la lutte des classes" de Raoul Peck.

Ce document en forme de pamphlet, délibérément de parti pris, part du postulat que "la quête du profit mène le monde". Vu de Port-à-Piment, petite ville rurale et portuaire de Haïti en pleine banqueroute, le capitalisme ne suscite que colère et désespoir.

L'auteur Raoul Peck, ancien ministre de la Culture d'Haïti, réalisateur et producteur, adopte une grille de lecture marxiste "restée pertinente" selon lui. Il a reçu en 1994 à New York le prix Nestor Almendros pour l'ensemble de son travail en faveur des Droits humains.

Mélopée triste : "Je viens d'un pays où le débat intellectuel est devenu un luxe, je viens d'un pays dont l'histoire est un fardeau ...", ce film juxtapose des images choquantes de misère à celles de salles des marchés de bourse. Pour Raoul Peck, le profit a gagné. Si l'on prend 4% par an des 200 plus grandes fortunes du monde, on résout tous les problèmes de base du monde : alimentation, santé, éducation, souligne-t-il.

Bill Gates pèse autant que le PNB d'Haïti pour... les 30 ans à venir, insiste-t-il. "La barbarie du marché". Des économistes étayent sa démonstration, comme celui-ci dénonçant "tel larbin supérieur de tel PDG qui pratique avec jouissance une politique de dégraissage. Ce sont des choses minables, pitoyables".

Un autre économiste qualifie le capitalisme "de système féodal et opaque", où "sous couvert d'économie, on ne fait que de la politique".

L'accumulation incessante de capital doit-elle se payer par le sacrifice délibéré de toute une partie de la planète et une dérégulation tous azimuts ? La charge contre "la barbarie du marché" est sans concession et l'auteur estime qu'il faudra un jour parler du "totalitarisme du capital", car comment expliquer qu'un patron peut licencier 7.500 personnes tout en conservant ses stock-options ?

A l'heure de la mondialisation de l'économie, ARTE se propose, avec ces films, de "réveiller le sens critique", d'aller au delà du constat.

Sont programmés le 10 avril "Traders" d'Eric Rochant, puis "L'homme aux semelles d'or" d'Omar Amiralay le 17 avril et "Apparatchiks et businessmen" de Stan Neumann le 24 avril.

A l'automne 2001, est prévue la diffusion de "L'argent, l'art de ne pas en avoir" de Claudio Pazienza, "Americain charity" de Florence Martin, "Sonnant et trébuchant" de Jean-Pierre Limosin et "Si on fusionnait?" de Julie Bertucelli.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution