Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 30 Décembre 2008 à 00:00

France Télévisions sans pub: une chance mais pas de miracle pour le théâtre

La suppression de la publicité en soirée sur France Télévisions peut être une chance pour le théâtre mais ne devrait pas bouleverser ses relations compliquées avec le petit écran, qui privilégie les retransmissions événementielles de spectacles grand public.

La présence théâtrale est multiple sur le service public. France 4 joue une carte plutôt jeune avec des spectacles comiques ou des captations au festival "off" d'Avignon, tandis que France ô consacre une case hebdomadaire à des pièces illustrant la "diversité", en particulier l'outre-mer. C'est France 2 qui signe la démarche la plus spectaculaire, avec la diffusion depuis novembre 2007 de plusieurs pièces avec grosses têtes d'affiche (de Pierre Arditi à Bernard Tapie), en direct et en première partie de soirée.

Cette politique va monter en puissance à la faveur de l'absence de publicité après 20h00, qui devrait desserrer la contrainte de l'audience: en 2009, la deuxième chaîne prévoit d'offrir une dizaine de retransmissions en direct. France 2 surfe ainsi sur une série de succès ayant atteint un sommet en janvier avec "Fugueuses", spectacle télégénique de Pierre Palmade et Christophe Duthuron joué par Line Renaud et Muriel Robin, qui ont attiré sur leurs noms près de huit millions de personnes.

Mais la bonne audience d'une autre retransmission ("Tailleur pour dames" de Feydeau, 5,1 millions de téléspectateurs le 3 mai), un soir de piètre recette de billetterie à Paris, a fait naître un soupçon: et si la diffusion de pièces à la télévision faisait de l'ombre au théâtre en salles ? Les directeurs de sept théâtres privés ont alimenté ce reproche en accusant France 2 d'avoir, lors de la cérémonie des Molières 2008, assuré une "promotion trop insistante" de ce spectacle diffusé en direct de l'Edouard-VII, "imposant ainsi une concurrence inacceptable à tous les autres théâtres".

La chaîne balaie cette polémique. "Du temps d'+Au théâtre ce soir+ (1966-1988), il y avait une bonne vingtaine de pièces par an le vendredi ou le samedi, je ne crois pas que ça ait jamais gêné les théâtres", fait valoir Nicolas Auboyneau, directeur artistique de l'unité culture et spectacles vivants de France 2. "Programmer du théâtre à la télévision peut en revanche donner envie à des gens qui pensaient que ce n'était pas pour eux, que c'était ennuyeux, d'y aller ou d'y revenir", poursuit-il.

La présidente de l'association organisatrice des Molières, Irène Ajer, confirme: "Les directeurs de salles jaloux de leur samedi soir s'aperçoivent aujourd'hui que la télévision renvoie des spectateurs au théâtre". Mais la patronne des Molières s'interroge sur le fait que France 2, pourtant une chaîne publique, ait à ce jour choisi de diffuser très majoritairement des spectacles du secteur privé. "On est loin de l'équité entre théâtre privé et public", note Irène Ajer, qui relève que les spectacles subventionnés "passent pour austères, pas drôles", "une fausse image" selon elle.

Surtout, la profession aimerait que la télévision diffuse davantage d'émissions consacrées à l'actualité théâtrale, afin de guider les spectateurs vers les salles plutôt que d'amener le théâtre à la télévision.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution