Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 26 Mars 2001 à 00:00

France 2 s'attaque au chantier de l'info

Confrontée à une panne d'audience des journaux et aux critiques sur sa programmation, Michèle Cotta, directrice de France 2, parie sur l'arrivée d'Olivier Mazerolle, homme de radio venu de RTL mais novice à la télévision, pour relancer l'information sur la chaîne publique.

C'est Pierre-Henri Arnstam, à la tête de la rédaction depuis 1998, qui fait aujourd'hui les frais des échecs de la direction de France 2, passée récemment sous la barre symbolique des 2O% d'audience.

Nommé pour pacifier la rédaction après le passage houleux d'Albert du Roy, Pierre-Henri Arnstam laisse son fauteuil à Olivier Mazerolle, préférant quitter la chaîne définitivement. S'il a réussi à "calmer le jeu" au sein d'une équipe de journalistes, réputés difficiles et toujours déchirés entre différents clans, la santé des journaux, elle, n'est guère florissante.

Malgré un récent lifting, le 13H00 de Gérard Holtz continue de perdre des télespectateurs et le 20H00 de Claude Sérillon peine à décoller face à son concurrent indétrônable TF1. "Pierre-Henri Arnstam paye les errances de la direction, avec notamment les après-midi plombées par l'arrêt brutal de l'émission La chance aux chansons, sans programme de rechange derrière", estime un journaliste.

De son côté la CFDT n'hésite pas à parler de "reprise en main de l'information avant les prochaines échéances électorales des législatives et des présidentielles de 2002".

Proche de Michèle Cotta, cotoyée à RTL, Olivier Mazerolle débarque à France 2 en laissant derrière lui une station également en crise. Engagée dans une douloureuse tentative de rajeunissement, RTL, sous la houlette de l'ancien directeur Stéphane Duhamel, a payé ses erreurs --notamment le limogeage de Philippe Bouvard-- d'une brutale chute d'audience.

Un échec qu'Olivier Mazerolle, en tant que directeur général adjoint, aura du mal à assumer. "Il s'est discrédité avec l'affaire Bouvard", résume un journaliste.

En faisant ses adieux mercredi aux journalistes, après près de 20 ans passés à RTL, dont 15 ans à la tête de la rédaction, Olivier Mazerolle s'est dit fier du "devoir accompli". "L'information a gagné en fiabilité et réputation", a-t-il déclaré.

Jugé "autoritaire", les journalistes lui reprochaient depuis quelque temps "son absence", depuis qu'il cumulait les fonctions d'interviewer politique et de présentateur de l'émission Le Grand Jury RTL-Le Monde.

Certains journalistes se disent carrément "soulagés" de son départ. Après avoir un moment caressé l'idée de devenir directeur général, en ayant la haute main sur les programmes, il s'est finalement replié sur son pré carré, l'information, également touchée par la baisse d'audience.

L'arrivée de Noël Couëdel, directeur de la rédaction de la chaîne iTélévision, mais surtout ancien homme clé du Parisien-Aujourd'hui, et la promotion de Pierre-Marie Christin, un journaliste maison, se veut un signal fort à l'égard de la rédaction.

Pas question de toucher à la ligne éditoriale de l'info sur la première radio de France. Un signal reçu 5 sur 5 par les journalistes de RTL qui ont accueilli avec satisfaction l'arrivée du tandem Couëdel-Christin.

L'ancien patron du Parisien l'a confirmé à l'AFP : il n'y aura "aucune rupture dans l'information, peut-être quelques réajustements. L'info a fait ses preuves sur RTL, ce n'est pas à moi de changer ça".

Si Noël Couëdel est un novice en radio, Olivier Mazerolle est lui aussi un nouveau en télévision. A France 2, cette méconnaissance d'un média réputé pour sa lourdeur provoque déjà des inquiétudes.

Le SNJ se demande "comment il sera entouré, puisque ce nouveau directeur est +audio+ et pas +"visuel"+.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution