Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 23 Janvier 2009 à 00:00

Fipa: les "pépites" des TV étrangères peu prisées des chaînes françaises

Des tensions entre religieux et laïcs en Israël au malaise adolescent en Europe, en passant par une chorale de détenus en Afrique du Sud, le Festival international de programmes audiovisuels (Fipa) de Biarritz ouvre une fenêtre sur le monde, mais peu de ces films seront montrés à la télévision française.

Les 65 films de fiction, documentaires ou reportages, en compétition pour cette 22ème édition du Fipa qui se déroule jusqu'à dimanche, offrent une vision plutôt noire de notre monde. Mais pas seulement. Ainsi, le documentaire australien "The Choir" (la chorale) suit pendant quatre années une chorale formée par les détenus de la plus grande prison d'Afrique du Sud et met l'accent sur les liens qui se créent entre ces choristes particuliers.

Le reportage chinois "Vivre avec Van Gogh" raconte comment les habitants d'un bourg de Chine du Sud sont passés maîtres dans l'art de la copie (légale) des tableaux de grands peintres, fournissant 70% de ce marché dans le monde. Et le documentaire belge "Mémoire d'envol" dresse avec finesse le portrait de colombophiles dans les bassins miniers de France et de Belgique. Mais "Brothers", une fiction passionnante sur les tensions entre religieux et laïcs dans l'Israël d'aujourd'hui, vécues à travers l'histoire de deux frères, a peu de chance d'être vue sur une grande chaîne française, comme la plupart des autres films étrangers présentés au Fipa.

Alors qu'il s'apprête à passer la main, le délégué général du Fipa Pierre-Henri Deleau, dit son sentiment d'échec."Je suis très amer car je n'ai pas réussi à briser le mur de la frilosité de la programmation des chaînes françaises, privées ou publiques, pour les programmes étrangers autres qu'anglo-saxons", déclare-t-il. "Les Suédois ont gagné six Fipa d'or (récompenses décernées par le festival: ndlr), les Russes cinq, mais aucun de ces films n'a été acheté" par une chaîne française, constate M. Deleau. "C'est désespérant et frustrant".

Les téléspectateurs de l'Hexagone pourront toutefois découvrir les films français présentés lors de ce Festival, dont la sélection ne comprend que des oeuvres inédites. Parmi ces films, une splendide adaptation pour la télévision, signée Pierre Boutron, de la pièce de Montherlant "La reine morte", avec Michel Aumont en cruel et déchirant Ferrante, roi du Portugal, qui va sacrifier l'amour de son fils à la raison d'Etat. La mini-série "Ah, c'était ça la vie!", de Franck Apprederis, sur un scénario de Jorge Semprun, ressuscite le Saint-Germain-des-Près des années 50, à travers cinq jeunes gens. Laurent Heynemann s'empare avec bonheur de l'histoire récente dans la fiction "Un homme d'honneur".

Le récit des derniers mois de l'ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy, avant son suicide, éclaire le versant sombre des années Mitterrand. "L'affaire Salengro" d'Yves Boisset revient elle aussi sur le suicide d'un homme d'Etat, Roger Salengro, ministre de l'Intérieur de Léon Blum et principal architecte des accords de Matignon, pendant le Front populaire en 1936. C'est une autre mise à mort, politique cette fois, d'un Premier ministre britannique que William Karel retrace dans le documentaire "Mais qui a tué Maggie?". Toujours côté documentaires, "Pain, pétrole et corruption", de Rémy Burkel et Denis Poncet, décortique le scandale lié au programme humanitaire mis en
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution