Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 24 Janvier 2009 à 00:00

TV sans pub: France Télévisions veut rassurer les professionnels

Les professionnels de l'audiovisuel, réunis au FIPA de Biarritz, ont dressé un premier bilan de la suppression de la publicité après 20H00 sur les chaînes publiques, et Patrice Duhamel, directeur général de France Télévisions, s'est efforcé de répondre aux inquiétudes des auteurs et des producteurs.

"18 jours: c'est long et court à la fois, d'autant que la première semaine a été atypique en raison de la météo" qui a entraîné une forte hausse du nombre de personnes devant leur télévision, a déclaré M. Duhamel. Les chaînes publiques n'ont plus de publicité après 20H00 depuis le 5 janvier. Les sondages montrent que "les téléspectateurs se sont rapidement habitués aux nouveaux horaires et sont globalement satisfaits", selon lui.

L'adaptation à des soirées qui démarrent à 20H35, au lieu de 20H50 auparavant, a été la plus prompte "dans les agglomérations de moins de 100.000 habitants et chez les plus de 35 ans". "Les audiences sont stables pour tout le monde, avec une prime pour les programmes à fort potentiel d'audience. Le phénomène le plus important concerne les deuxièmes parties de soirée (22h15: ndlr), avec des résultats tout à fait satisfaisants", a ajouté le directeur général de France Télévisions.

Selon lui, "les téléspectateurs vont connaître un deuxième choc après la promulgation de la loi, début mars, lorsqu'ils découvriront ce qu'est un film ou un téléfilm avec deux coupures publicitaires", comme la loi l'autorise pour les chaînes privées. Mais Christine Miller, scénariste et coprésidente de la commission télévision à la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques), s'est inquiétée des répercussions sur les commandes "des contraintes budgétaires", évoquant "des projets reportés". "Nous n'avons pas de visibilité sur notre potentiel de travail", a-t-elle dit. "Il n'y a pas de frein", a martelé Patrice Duhamel.

France Télévisions a pour objectif d'investir 375 millions d'euros dans la production d'oeuvres en 2009, contre 365 millions investis en 2008. La hausse de ces investissements atteint 17% de 2005 (320 millions pour cette année-là) à 2009, a déclaré le directeur général du groupe. Les économies prévues dans le cadre de la transformation du groupe en entreprise unique et de la loi sur l'audiovisuel public "ne toucheront pas aux oeuvres et à l'information", qui sont des domaines "sanctuarisés", selon M. Duhamel. "Beaucoup de ces économies seront liées aux négociations avec les fournisseurs", pour l'achat par exemple de longs-métrages étrangers.

Les auteurs et producteurs redoutent par ailleurs que la transformation en entreprise unique débouche sur la mise en place d'"un système pyramidal" pour les commandes de programmes, qui ralentirait la prise de décisions et affadirait l'offre. "Nous devons pouvoir arriver avec la même passion et l'on attend un accueil (au sein des chaînes: ndlr) peut-être plus facile", a déclaré Jean-Pierre Guréin, producteur (GMT) et président de l'Union syndicale de la production audiovisuelle (USPA). "Il faut s'assurer que cette passion ne disparaisse pas au fur et à mesure" des échelons car "nous sommes la force vive de la création".

Selon Patrice Duhamel, la mise en place d'un éventuel "guichet unique" relève du "fantasme". "Je ne peux pas donner de détails sur la nouvelle organisation à laquelle nous travaillons car les partenaires sociaux doivent être les premiers informés, mais elle sera au service de la diversité", a-t-il déclaré. "Producteurs et réalisateurs auront des interlocuteurs, avec un arbitrage" in fine.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution