Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 26 Janvier 2009 à 00:00

Grâce au transistor, les locales de France Bleu jouent la solidarité à plein !

Grâce au bon vieux transistor à piles, souvent seul moyen de communication quand l'électricité est coupée, les radios locales du réseau France Bleu dans le Sud-Ouest sont sur le pont depuis vendredi pour aider des milliers d'auditeurs à affronter la tempête et ses conséquences.

France Bleu Gironde, Gascogne, Pays Basque, Béarn, Périgord, Roussillon et Hérault, soit sept des 41 locales du réseau public France Bleu, de même que leurs concurrents de Sud Radio, ont bousculé leurs programmes aussitôt l'alerte rouge lancée par Météo France. Radios de référence en cas de problèmes de ce type, ces stations de proximité se sont transformées en quelques heures en un vaste réseau d'entraide. "On est en plein dans notre rôle de service public", analyse Stéphane Capron, directeur de l'information de France Bleu, station du groupe Radio France "Ayez des piles à la maison!", ajoute-t-il: quand un million de foyers se retrouvent sans électricité, isolés, le transistor à piles reste souvent le seul moyen de s'informer et de communiquer.

"Bleu" Gascogne, Gironde et Pays Basque ont été les premières sur le pied de guerre samedi à l'aube, quelques minutes après les premières rafales de vent, dédiant 100% de leur antenne au "talk" (prises de parole), jour et nuit. "Avec l'expérience de 1999, on savait que ça allait souffler très fort. On a ouvert l'antenne plus tôt que d'habitude samedi matin, avant 06h00, pour dire aux gens de rester chez eux", raconte Henri Stassinet, directeur de France Bleu Gascogne, basée à Mont-de-Marsan.

"Ca peut paraître évident mais il y a toujours des gens qui veulent sortir pour aller +sauver+ leur voiture", explique-t-il. Des milliers d'auditeurs, paniqués, se ruent alors sur le standard. Quand leur ligne téléphonique ne fonctionne plus, ils appellent de leur portable -- s'il passe encore. "Certains ont fait 20 km pour nous joindre!", témoigne M. Stassinet. Journalistes et animateurs se transforment en "psys" et rassurent les milliers de gens désoeuvrés. Jouant à plein la solidarité, ils font le lien entre les gens sans nouvelles de leurs proches, parfois jusqu'à l'autre bout de la France. France Bleu Gascogne a ainsi servi d'intermédiaire entre des infirmières bloquées sur les routes et leurs patients.

A l'antenne, des messages pratiques sont également délivrés, en boucle. "On fait le point sur la météo, les routes... On a aussi aidé les pompiers, en répétant aux gens qu'il ne fallait pas les appeler pendant les coups de vents", détaille Stéphane Capron. La radio sert aussi de lien entre les pouvoirs publics et les auditeurs. France Bleu ayant signé il y a dix ans une convention avec le ministère de l'Intérieur et la Direction de la sécurité civile, les journalistes jouissent d'un accès prioritaire aux cellules de crise des préfectures.

Certaines stations du réseau, installées directement au coeur de ces cellules, pouvaient donc donner les informations en temps réel. Le standard saturant très vite, un numéro parallèle a été mis en place entièrement destiné aux maires, détaille M. Stassinet. "Le maire de Pontonx-sur-l'Adour a proposé aux habitants de sa commune de venir en mairie dire ce dont ils avaient besoin et déclarer leurs dégâts". Lundi, le réseau France Bleu prévoit des émissions spéciales sur les assurances.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution