Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 7 Février 2009 à 00:00

Comment Canal+ se taille un monopole sur les décodeurs

Il n'y a pas de petits profits.

Pour s'abonner à l'option haute définition de Canal+, il faut impérativement louer le décodeur satellite imposé par la chaîne. Un procédé pour le moins inélégant, qui ressemble fort à de la vente liée et de l'entrave à la concurrence. Car d'autres constructeurs proposent à la vente des décodeurs compatibles, qui pourraient simplement fonctionner avec les cartes d'abonnement, si toutefois Canal+ acceptait de les vendre seules, comme elle en a l'obligation.

Facturée huit euros mensuels en plus de l'abonnement, la location du terminal coûte presque 100 euros par an à chaque abonné. À Canal+, on avance que le matériel fourni en partenariat avec Sagem répond à "tous les critères de sécurité requis par les grands studios hollywoodiens", avant de reconnaître que ceux de la concurrence répondent aussi probablement à ces mêmes critères.

Une confirmation que nous apporte Stéphane Nitenberg, Directeur d'Aston France, société spécialisée dans la conception et la distribution de décodeurs HD : "Nous dépensons des sommes importantes pour l'achat des licences et le paiement des royalties correspondant aux technologies de cryptages requises, mais le marché nous est fermé, c'est incompréhensible. "Même son de cloche chez Loewe, fabricant de téléviseurs haut de gamme équipés de tuners satellites : "La force de notre concept est de proposer un matériel tout-en-un, qui ne nécessite aucun boîtier supplémentaire pour afficher les chaînes sur abonnement. Nous sommes obligés d'expliquer à nos clients que la location du boîtier est imposée par Canal+, même si elle est techniquement inutile. C'est le prix à payer pour disposer de la carte à puce d'abonnement", déclare la porte-parole de la marque.

La location, pivot du modèle économique du groupe

De son côté, Canal+ n'a pas souhaité apporter d'explications complémentaires. L'opérateur semble pourtant informé de l'illégalité de sa pratique, dans la mesure où quelques internautes persévérants se vantent sur des forums d'avoir obtenu l'abonnement HD seul, sans la location "obligatoire" du démodulateur satellite. Ils ont pour cela dû faire preuve de persuasion en démultipliant les appels et courriers au service client. Il faut chercher des explications du côté du modèle économique pour comprendre ce qui motive Canal+ à retarder sa mise en conformité avec les règles élémentaires de la concurrence. De source bien informée, le prix de revient d'un décodeur Mediasat Max ne dépasse pas les 100 euros.

Le calcul est donc simple : toutes les mensualités de 8 euros après 12 mois d'abonnement sont donc intégralement considérées comme du bénéfice. Les concurrents affirment que si tous les abonnés choisissaient l'acquisition de leur décodeur satellite en lieu et place de la location, ce serait le modèle économique de la chaîne qui serait mis en danger. Aujourd'hui, le nombre d'abonnés à la HD serait proche des 100.000, un chiffre encore modeste, mais qui croît chaque jour. Dans les prochains mois, le passage à la haute définition va devenir un enjeu stratégique pour toutes les chaînes, à commencer par les chaînes payantes. Canal+ et Canal Sat comptent plus de 6 millions d'abonnés. Le marché et les enjeux stratégiques de développement sont gigantesques.

Source : INFO LEPOINT.FR Par Clément Pétreault
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution