Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 10 Mars 2009 à 00:00

France 2 replonge dans "l'âge d'or des raconteurs d'histoires"

Dans la lignée de l'adaptation télévisée des nouvelles de Maupassant qui ont connu un franc succès en 2007 et 2008, France 2 propose une collection inédite de contes et nouvelles de XIXe siècle, "âge d'or des raconteurs d'histoires", d'Hugo à Labiche en passant par Balzac.

Baptisé "Au siècle de Maupassant", ce nouvel opus ne contient pas d'oeuvre de l'écrivain normand: "on craignait que ce soit la saison de trop", explique Jacques Santamaria, codirecteur artistique de la collection avec Gérard Jourd'hui. Les "Maupassant" ayant montré un appétit des téléspectateurs pour le patrimoine littéraire, ils ont voulu continuer leur plongée dans le XIXe siècle pour faire "découvrir ou redécouvrir des auteurs de cet âge d'or des raconteurs d'histoire. Connus ou moins connus", ajoute Jacques Santamaria.

Au programme, tous les mardis soir: "La cagnotte" d'Eugène Labiche et Alfred Delacour, "Le bonheur dans le crime" de Barbey d'Aurevilly, "La maison du chat-qui-pelote" de Balzac et "Claude Gueux" de Victor Hugo. Quatre films suivront à la rentrée 2009: "Le Petit vieux des Batignolles" d'Emile Gaboriau, "Boubouroche" de Georges Courteline, "Les Trois messes basses" d'Alphonse Daudet et "Pour une nuit d'amour" d'Emile Zola. Satires acerbes de la bourgeoisie, plaidoyers contre l'injustice sociale sur un ton tantôt comique, tantôt dramatique: les écrivains choisis ont en commun "cette force de raconter de vraies histoires, avec un début et une fin, et de délivrer, à travers des personnages romanesques, des messages critiques sur la nature humaine", relève Jacques Santamaria. "Je ne fais pas du culturel mais du spectacle", fait valoir Gérard Jourd'hui, également producteur.

L'engouement pour les séries littéraires s'explique selon lui par un retour au "goût du costume d'autrefois", une certaine "nostalgie". On replongera dans l'ensemble avec plaisir dans cet univers savoureux autant par les histoires que la musique, les costumes, les décors et les dialogues, dont l'écriture relève du casse-tête. "C'est une langue très difficile à adapter, pleine d'anachronismes et de faux amis. Par exemple à l'époque +aller aux fraises+ signifiait flirter", raconte Gérard Jourd'hui. A l'affiche, un casting varié et prestigieux comme Eddy Mitchell, Didier Bourdon, Marie-Anne Chazel, Régis Laspalès, Pierre Arditi, Thomas Chabrol et Samuel Le Bihan qui livre une interprétation remarquable de Claude Gueux, terrible condensé des Misérables. Le budget total de la collection s'élève à 16 millions d'euros.

La première saison des "Maupassant", mise en avant par Nicolas Sarkozy comme une réussite "exemplaire" pour la télévision publique, avait rassemblé plus de 7 millions de téléspectateurs en moyenne. Six millions de téléspectateurs ont suivi la seconde. "Ca met une pression incroyable", commente Jacques Santamaria, qui souligne que ce travail est "le fruit de la volonté éditoriale de Patrick de Carolis", président de France Télévisions. Une suite est d'ores et déjà en préparation, qui portera notamment à l'écran Alphonse Allais, Gaston Leroux et Georges Feydeau.

(diffusion à partir du 10 mars à 20h35 sur France 2)
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution