Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 30 Mars 2001 à 00:00

Nouvel avatar de la télévision-réalité aux Etats-Unis: "Boot Camp"

Après avoir espionné, affamé, épuisé, stressé des candidats à la fortune dans des jeux-vérité, la télévision américaine va confronter des volontaires aux rigueurs bien réelles d'un camp d'entraînement militaire.

Pour tenter de surfer sur la vague de succès de ce genre d'émissions, qui battent aux Etats-Unis comme ailleurs des records d'audience, la chaîne Fox va diffuser à partir de mercredi le premier de huit épisodes de "Boot Camp" ("Camp d'entraînement").

L'idée, développée par un studio britannique mais produite par une société de Los Angeles, est simple : seize candidats civils (huit hommes, huit femmes), quatre implacables instructeurs des Marines, des missions militaires à accomplir par équipes et des éliminations progressives. Pour le plus coriace, un demi-million de dollars.

"Survivor (le jeu-vérité à succès de CBS), c'est pour les femmelettes" clament sur les murs de New York les affiches de Fox, avec en gros plan la gorge déployée d'un sergent des Marines. "Imaginez la pire journée de votre vie" prévient la chaîne sur son site internet. "Transformez votre chef en une masse grognante, plus pitbull qu'humain, courez cinq kilomètres, faites cent pompes, grimpez à une corde de vingt mètres. Remplacez une bonne nuit de sommeil, un repas correct et tous vos cheveux par de la boue sous vos ongles, de la sueur à votre front et des larmes d'épuisement. Si vous pouvez concentrer cela sur une période de 24 heures et répéter le processus, vous êtes prêts".

Malgré cet engageant programme, la chaîne a reçu plus de 6.500 candidatures et procédé à d'épuisantes sélections. Elle a obtenu l'appui de l'armée américaine, qui a fourni le site du tournage, une base militaire en Floride.

Comme dans "Survivor", dont le succès l'an dernier a stupéfié l'Amérique, enrichit CBS et stimulé les imaginations, les candidats s'auto-éliminent progressivement par des votes à la fin de chaque émission.

Pour empêcher les alliances entre candidats, les producteurs ont eu l'idée un rien perverse d'autoriser le perdant à désigner arbitrairement un autre candidat, qui sera éliminé avec lui. "Cela rend les stratégies plus complexes" s'est félicité récemment, dans les colonnes d'un journal de Floride, le producteur du jeu, Scott Messick.

"Si vous haïssez quelqu'un, vous allez vous protéger l'un l'autre, parce que si un s'en va, l'autre part avec". Les deux derniers survivants seront soumis lors de la finale à une série d'épreuves à l'issue de laquelle ils seront jugés par les six derniers éliminés. "C'est facile à comprendre" commente Eric Scholtz, directeur de la société californienne LMNO qui produit le jeu et espère bien l'exporter. "Des gens vous hurlent au visage. Nous allons exposer le potentiel humain et montrer à des individus ce qu'ils peuvent accomplir, même s'ils ne s'en croient pas capables".

La finale, au printemps dernier, de "Survivor" a été regardée par 58 millions d'Américains. Le spot de publicité de trente secondes s'y vendait près d'un demi-million de dollars, le lot du vainqueur de "Boot Camp".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution