Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 1 Avril 2009 à 00:00

Le paysage audiovisuel chinois commence à s'ouvrir au monde

La Chine, invité d'honneur du MIPTV, a appelé les sociétés audiovisuelles étrangères à développer les projets de coopération avec leurs homologues chinoises, clé d'entrée à un marché aux gigantesques potentialités, à condition de ne pas trop s'aventurer sur le terrain politique.

Quelque 200 délégués et 90 sociétés audiovisuelles chinoises sont présents à Cannes pour la 46ème édition de ce grand marché des contenus audiovisuels. "La Chine vous accueille à bras ouverts. Nous espérons développer les coopérations pour ouvrir une nouvelle page dans les échanges culturels", a déclaré le vice-ministre Tian Jin, à la tête de l'Administration d'Etat de la radio, des films et de la télévision (SARFT).

La Chine, avec sa population de 1,3 milliard très largement équipée en postes de télévision, a conclu à ce jour des partenariats avec environ 200 sociétés de diffusion étrangères. Elle a co-produit près de 1.000 heures de programmes télés de fiction, documentaires et animation, ce qui a "permis de réduire la différence" entre la culture chinoise et les autres, selon le vice-ministre.

Confucius, la Longue marche, la Route de la soie.... "Il y a en Chine une abondance d'histoires qui intéressent le monde entier", selon David Haslingden, de la chaîne américaine National Geographic, co-productrice d'une série sur la Cité interdite. "Ce n'est pas seulement une question de bas coûts mais une vision à long terme", assure-t-il.

Co-produite par la BBC et la télévision chinoise CTV (mi-privée mi-publique), la série documentaire "Wild China" ("La Chine sauvage"), qui explore les paysages et la faune à travers toute la Chine, a été vendue dans 50 pays. "Pour les téléspectateurs c'est comme un grand livre qui s'ouvre", témoigne Brian Leith de la BBC. Mais l'élaboration de "Wild China" n'a pas été facile : "la barrière de la langue est énorme", précise-t-il.

Pendant deux ans, deux équipes ont travaillé en parallèle, l'une à Londres, l'autre à Pékin. "C'était indispensable de travailler en lien avec les autorités chinoises, ne serait-ce que pour accéder à certaines régions", raconte Brian Leith. Mais si le projet a réussi, "c'est sans doute aussi parce qu'il est +a-politique+ et suscite peu de controverses... même s'il n'a pas encore été diffusé là-bas et je ne sais pas pourquoi! La télévision est une zone grise, toujours contrôlée mais on ne sait jamais jusqu'à quel point...", confie-t-il à l'AFP.

Les dessins animés demeurent une valeur sûre, notamment "parce que les Chinois ont la capacité de s'adapter rapidement à des styles graphiques différents", relève Denis Olivieri des Cartooneurs associés. En matière de fiction, une coproduction sino-russe a donné naissance à une série sur les arts martiaux servie par un étonnant casting mêlant les deux nationalités. La Chine représente aussi un marché à conquérir dans le divertissement car "la télévision y est en pleine croissance, avec un vrai appétit de téléspectateurs qui a longtemps été restreint", dit à l'AFP James Ross, du groupe britannique ITV.

"La religion, le sexe et la politique restent assez fermés. Mais pour le reste, ils s'ouvrent!", rapporte-t-il. ITV, inventeur du "Dîner presque parfait" diffusé en France sur M6, cherche à vendre ce format en Chine. "On recherche tous les moyens de l'adapter car là-bas il n'est pas dans les coutumes de s'inviter à dîner entre amis", relève-t-il.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution