Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Dimanche 12 Avril 2009 à 00:00

Le WiMax fait de la résistance

Décriée ces derniers mois, la technologie WiMax continue de s'étendre en France et en Europe sous l'impulsion des collectivités locales.

Le WiMax n'a pas eu bonne presse ces derniers mois. La technologie n'a pas forcément toujours été à la hauteur des espoirs que les internautes -- inéligibles à l'ADSL -- plaçaient sur l'arrivée du haut débit via les ondes hertziennes. Pour illustrer cette situation, rappelons le désengagement de HDRR (filiale de TDF), les retards en Aveyron, des offres jugées trop chères dans le Haut-Rhin, ou encore le coût exorbitant du réseau dans la Vienne. Sans oublier la polémique sur l'éventuelle dangerosité des antennes-relais situées à proximité des habitations...

Mais parallèlement, le WiMax a poursuivi son développement. Dans l'Indre-et-Loire, près de Tours, cette technologie couvre des zones blanches grâce aux stations de base installées par le délégataire Tours Métropole Numérique (Axione). Son directeur, Rémi Carrière, précise que l'opérateur Axione «compte plus de 2000 clients WiMax au plan national». En complément de son réseau haut débit départemental (NET64), le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques a confié à Altitude la mise en oeuvre de 126 stations de base WiMax (norme 802.16e).

Plus récemment, le Conseil Régional de Bourgogne a annoncé un investissement de 18 millions d'euros pour la construction de 122 antennes. En Italie, l'opérateur Aria SPA va mettre en place un vaste réseau qui couvrira la région italienne du Veneto (près de Venise) et qui fournira une connexion WiMax aux particuliers et aux entreprises dans 200 communes. Soutenu par les collectivités locales dans le cadre de leur plan d'aménagement numérique du territoire, le WiMax peut encore tirer son épingle du jeu.

Au coeur des enjeux, on retrouve bien entendu la maîtrise de la qualité de service et des coûts, sans laquelle il est impossible de séduire des internautes chez qui la connexion haut-débit est de plus en plus associée à la téléphonie IP et à la TV numérique. Face au satellite et au NRA-ZO, le WiMax devra encore batailler.

À défaut de prospérer dans les zones blanches, il pourrait être déployé dans les zones denses pour répondre aux besoins croissants d'utilisation nomade. Bolloré (et même Free) s'intéressent toujours à cette hypothèse. Reste que là aussi, le WiMax se retrouve face à un concurrent de poids dénommé LTE (Long Term Evolution). Le PDG de Nokia, pourtant membre actif du Forum WiMax, vient de déclarer que «la norme WiMax va échouer tout comme le système vidéo Betamax l'a fait». Un avis que ne partage pas Barry West, le directeur technique de l'opérateur américain Sprint Nextel, pour qui «WiMax est là pour durer».
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution