Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 31 Mars 2001 à 00:00

L'internet payant ?

De plus en plus de sites américains, pressés par la chute de leurs recettes publicitaires, deviennent payants, un pari risqué dans un monde habitué à la gratuité.

Des jeux en ligne aux enchères sur le portail Yahoo, les Américains doivent désormais sortir leur porte-monnaie pour une série de services qui leur étaient offerts gracieusement hier.

Dernières "victimes" en date, les fans de baseball, qui pouvaient suivre gratuitement les matchs de leurs équipes favorites sur le web, vont être mis à contribution dès la prochaine saison. La Major League de Baseball a instauré un abonnement de 9,95 dollars par saison pour les retransmissions audio sur son site. Il en coûtera 4,95 dollars par mois sur le site de RealNetworks, y compris une copie gratuite de son logiciel audio Realplayer Plus.

"Je pense que les gens vont payer, en particulier dans l'environnement post-Napster que nous expérimentons actuellement", estime le numéro deux de RealNetworks, Larry Jacobson.

Le célèbre site de musique, un des hérauts de l'internet gratuit, s'est finalement résolu à instaurer un abonnement mensuel à l'été 2001, après des mois de bataille juridique avec l'industrie du disque.

"Les gens ne payaient pas sur l'internet parce que personne, en partie, ne le leur demandait", ajoute Larry Jacobson. De même qu'ils paient aujourd'hui pour la chaîne sportive ESPN, dans leur abonnement de télévision par câble, ils paieront demain pour le web, selon lui.

Les précédents ne manquent pas. Le voyagiste Bestfares.com, qui fait payer l'accès à ses offres spéciales, a ainsi réussi à se frayer un chemin dans un espace peuplé de sites gratuits.

Le site, créé en 1996 par le magazine Bestfares, recense toutes les promotions de compagnies aériennes dont il a vent ou qu'il peut négocier avec les transporteurs. Plus de 170.000 personnes acceptent de payer 60 dollars par an pour avoir connaissance et bénéficier de ces offres, là où une pléthore de sites concurrents proposent leurs services gratuitement, de Travelzoo.com à Hotwire.com.

"Vous ne trouverez sans doute pas de meilleur desk d'informations que le nôtre", avance le président de Bestfares.com, Tom Parson, à Dallas (sud). Bestfares s'enorgueillit aussi de gagner "beaucoup d'argent" -- sans toutefois citer de chiffre pour ses bénéfices -- là où nombre de ses concurrents sont dans le rouge, pour un chiffre d'affaires supérieur à 10 millions de dollars.

Pour autant, l'exemple de Bestfares.com ou du Wall Street Journal, qui vend avec succès des abonnements à son édition en ligne wsj.com, sont loin de faire florès à travers le web. Les offres d'enchères ont chuté de 90% sur Yahoo lorsque le portail a commencé à faire payer son service en janvier. Le site, qui a vu ses recettes publicitaires fondre avec le ralentissement économique américain et la déroute des dotcom, essaie ainsi timidement de tester d'autres sources de revenus.

"Les sites de contenu ont le plus grand mal en ce moment à se financer uniquement avec la pub. Ils vont faire face toutefois à une forte résistance des consommateurs s'ils commencent à les faire payer ", estime un analyste du groupe de conseil Forrester, Dan O'Brien.

Les internautes doivent déjà payer 20 dollars par mois aux Etats-Unis pour avoir accès au web. "Ils estiment que cela suffit et que le reste devrait être inclus dedans", ajoute-t-il. Ils sont certes prêts à payer le prix de certaines passions, comme la musique, la vidéo ou les jeux sur internet, mais pas nécesssairement pour des informations ou des articles, fussent-ils de la meilleure qualité.

"Cela changera peut-être si beaucoup de sites font faillite et que les internautes commencent à manquer de contenu de qualité", note Dan O'Brien. "Je n'engagerais pas pour autant les paris", ajoute-t-il aussitôt....
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution