Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Lundi 27 Avril 2009 à 00:00

Macha Béranger, une "voix dans la nuit"

Les plus jeunes se souviennent d'elle dans la série télévisée de TF1 "Sous le soleil", mais la plupart garderont en mémoire une voix singulière qui dialoguait au coeur de la nuit avec les auditeurs de France Inter: Macha Béranger est décédée dimanche à l'âge de 67 ans.
D'elle, le journaliste Jacques Chancel avait déclaré qu'elle était "la seule blanche à avoir une voix de noire". Pendant près de 30 ans, du 5 avril 1977 au 30 juin 2006, cette voix à la fois rauque, grave et chaleureuse, retentira au coeur de la nuit, entre minuit et 2H00 du matin, sur l'antenne de France Inter, pour l'émission "Allô Macha". "Je suis une grosse fumeuse, à raison d'un paquet de cigarettes par jour. Plus ma voix baisse, plus elle séduit", confiait à France Soir en juin 2004 celle qui s'appelait Michèle Riond de son vrai nom.
Pendant toutes ces années, dans le studio 134 de la Maison de la Radio, le rituel était immuable: Macha Béranger, qui s'attachait à porter chaque nuit un chapeau différent, s'installait dans le rond d'une lampe de chevet qui ne la quittait pas, toute autre lumière éteinte. Surnommée par ses amis la "reine de la nuit", elle entamait alors un long dialogue avec des auditeurs en mal de confidences parfois très intimes, qu'elle avait baptisé les "sans sommeils".

Elle conseillait sans juger. "Je ne suis pas une analyste, ça n'est pas du tout mon rayon. Je suis une présence dans la nuit", disait-elle. En 1978, elle publie sur son expérience "Allô, Macha ou la nuit des sans-sommeil". Une pièce de théâtre, "Tous en ligne", inspirée par l'émission, verra le jour en 1991. En juin 2006, celle qui souhaitait "rester à France Inter jusqu'à l'usure" subit un choc: la direction de France Inter décide de ne pas reconduire "Allô Macha", qui avait déjà été amputée d'une heure.
Le soutien des auditeurs, parmi lesquels l'acteur Alain Delon, la pétition qui circule, n'y feront rien. Dans la nuit du 29 au 30 juin, Macha Béranger réalise sa dernière émission, en compagnie de quelques amis, autour de Jean-Claude Brialy. En 30 ans, elle aura prêté l'antenne à près de 100.000 auditeurs insomniaques. Formée à l'école de théâtre Charles Dullin, elle continue pourtant une carrière de comédienne entamée au théâtre, en 1974, dans "Les Troyennes", et poursuivie dans le cinéma.
Attirée par le grand écran, elle a figuré à l'affiche d'une dizaine de film, depuis "Suivez mon regard", de Jean Curtelin, en 1986, jusqu'à "Détrompez-vous", de Bruno Dega, en 2007, en passant par "Vipère au poing", de Philippe de Broca, en 2004. A la télévision, son rôle le plus connu sera celui de Béatrice Mondino, mère de Baptiste (David Brécourt), dans la série de TF1 "Sous le Soleil", où elle figure à partir de 2002. Mais Macha ne renoncera jamais à son plus beau rôle, celle de confidente compatissante.
Peu après son éviction de France Inter, elle arrive sur la radio MFM où elle va animer "Bonsoir Macha", une émission quotidienne, du lundi au vendredi, qui ressemble à celle de France-Inter, mais qui cessera mi-2007. Dans le journal Ici Paris, elle tenait encore récemment un courrier des lecteurs où elle répondait à leurs questions. "Qu'est-ce qui explique votre pérennité (à France Inter)", lui demandait France Soir en 2004. "Peut-être le fait de parler de plus en plus de bonheur, de réussite et de joie de vivre", répondait-elle alors.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution