Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 30 Avril 2009 à 00:00

Time Warner veut tirer un trait final sur la désastreuse aventure AOL

Le groupe de médias américain Time Warner envisage de redonner son indépendance à sa filiale internet AOL, tirant ainsi un trait sur l'une des fusions les plus désastreuses de l'histoire américaine, emblématique des excès de la "bulle internet" des années 2000.

Dans un document remis mercredi au régulateur boursier, Time Warner a indiqué étudier une scission "d'une ou plusieurs parties de l'activité d'AOL". Ces activités seraient transférées aux actionnaires actuels du groupe, "via une seule ou plusieurs transactions", sur le modèle de ce que Time Warner vient de réaliser avec ses activités américaines de cablo-opérateur. "Le conseil d'administration n'a pas encore pris de décision", a toutefois précisé Time Warner. Le groupe n'exclut pas une option "alternative", en fonction "d'autres opportunités stratégiques qui pourraient se présenter". En d'autres termes: une proposition de rachat alléchante...

Le PDG Jeff Bewkes, qui n'a pas hésité à trancher dans le vif depuis son arrivée aux commandes de Time Warner fin 2007, a indiqué lors d'une conférence téléphonique que ses plans seraient annoncés "très prochainement". L'annonce a été faite en marge de la publication des résultats du groupe au premier trimestre, qui ont montré une nouvelle faiblesse du pionnier d'internet: l'ancienne America on Line a accusé une chute de 23% de son chiffre d'affaires, sous l'effet du double recul de ses recettes d'abonnement (-27%) et de ses recettes publicitaires (-20%).

En se désengageant d'AOL, Time Warner devrait ainsi mettre un terme à une histoire entamée en 2001, avec l'ambition de réaliser de puissantes synergies entre "anciens" et "nouveaux" médias. La création d'AOL Time Warner, effectuée par échange d'actions, valorisait AOL 165 milliards de dollars et avait accordé aux actionnaires de la jeune pousse internet 55% du capital de la société fusionnée. L'opération s'est avérée catastrophique pour Time Warner, qui a du déprécier massivement dans ses comptes la valeur d'AOL dès 2002 et l'éclatement de la "bulle internet": le groupe avait alors enregistré une perte nette de 99 milliards de dollars, la plus importante jamais enregistrée par une société américaine.... avant qu'AIG ne fasse encore pire l'an dernier (99,3 milliards).

Du côté de la communauté financière, un scission est encouragée de longue date. Jeff Bewkes "a été bien trop lent dans le désengagement d'AOL", jugeait mercredi Douglas McIntyre, du site 247Wallst, en estimant que le groupe devrait aussi céder ses activités de commerce de détail. AOL, qui a touché à son zénith les 30 millions d'abonnés, souffre d'une désaffection continue des internautes, ayant opté très tard pour le haut débit et la gratuité de ses services. AOL a proposé en 2006 seulement d'ouvrir des comptes courriels gratuitement, des années après Google et Yahoo!.

Depuis AOL est resté loin derrière ses rivaux dans la course aux revenus publicitaires, proportionnels au trafic des internautes. Selon des données récentes du cabinet spécialisé e-marketer, AOL se plaçait en février au cinquième rang du classement des plus gros sites internet aux Etats-Unis, en termes de visiteurs uniques, derrière Google, Yahoo!, MSN (Microsoft) et YouTube.

Ces dernières années, Time Warner a pourtant multiplié les initiatives pour relancer sa filiale, avec le rachat du site de socialisation Bebo l'an dernier, la vente d'une participation à Google, ou encore l'exploration d'une alliance avec Yahoo!. Il y a quelques semaines, Time Warner a débauché une pointure de Google, Tim Armstrong, pour repenser le fonctionnement de la filiale.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution