Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 13 Avril 2001 à 00:00

"Paris à tout prix, dans les coulisses d'une élection"

Annoncé par Canal+ comme un "remix de Machiavel, Shakespeare et Dallas", le document de Yves Jeuland et Pascale Sauvage "Paris à tout prix, dans les coulisses d'une élection" tient ses promesses.

Diffusé en deux parties par la chaîne cryptée les 13 et 20 avril à 20H35, ce film sur les coulisses des élections municipales à Paris sera programmé dans sa totalité le 24 avril à 20H35.

"Mi-thriller, mi-sitcom", ce documentaire est le fruit de deux ans de travail. Filmé essentiellement avec une petite caméra DV, il privilégie les contrechamps, les conciliabules, les mimiques fugaces des protagonistes, une dizaine de personnages, amis ou ennemis, alliés ou concurrents, saisis dans leur vérité. Rien n'a été filmé à leur insu et ils avaient la garantie qu'aucune image ne serait diffusée avant le scrutin qui a porté le socialiste Bertrand Delanoë à la tête de la mairie de Paris, après 24 ans de domination de la droite.

Ce qui frappe d'abord c'est l'âpreté du combat. Dans le décor surchargé de l'Hôtel de Ville, sur les marchés, dans les bistrots ou dans des salles de réunion, ils sont tous là : à droite, le maire sortant Jean Tiberi et son éminence grise Bernard Bled, Philippe Séguin, entre coups de gueule et coups de blues, Françoise de Panafieu et son franc parler, à gauche, Bertrand Delanoë, prudent, pugnace, Jack Lang, empêtré dans ses contradictions.

En prologue, la voix de Claude Rich affirme que "la guerre de succession a commencé dès 1995, Jean Tiberi n'ayant jamais convaincu ni ses rivaux, ni ses alliés, ni ses amis".

Lorsque ce dernier se déclare candidat à sa propre succession en juin 1999, commencent les travaux d'approche des uns et des autres. Choc d'ambitions, haines, intrigues, la caméra a tout capté.

La guerre de succession à droite fait rage quand Françoise de Panafieu (adjointe aux parcs et jardins), après sa sortie sur "les nains de jardin", déclare sa candidature à la candidature avant d'être congédiée par le maire.

A gauche, le maire de Blois Jack Lang annonce sa candidature. En interview au téléphone dans sa voiture, il déclare que "le risque l'excite" tout en tripotant sa cravate. Il est bientôt nommé ministre de l'Education. Bertrand Delanoë, qui jusque là n'avait pas l'air d'y croire vraiment, déploie sa stratégie de communication.

Après "les jeux du cirque", ce sont "les petites manoeuvres" où Bertrand Delanoë et Philippe Séguin comprennent que Jean Tiberi, évincé du RPR parisien, ne se retirera pas.

Suivent les "jeux de massacre". Lyne Cohen-Solal (PS), qui se bat dans le Vème, tombe pour la première fois nez à nez avec le maire qui ne lui a jamais adressé la parole...

Un débat télévisé à Canal+ entre Seguin et Delanoë, le premier tour le 11 mars, la droite parisienne qui part en ordre dispersé pour le second tour dans 9 des 20 arrondissements. La pièce est jouée. diffusion sur Canal+ les 13 et 20 avril à 20H35.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution