Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 15 Mai 2009 à 00:00

Les clients modestes soignés par des opérateurs pas tout à fait philanthropes

Forfait mobile pour les allocataires de minima sociaux, réduction des factures des chômeurs: plusieurs opérateurs télécoms européens ont annoncé ces derniers mois des mesures en faveur des clients modestes, un geste "social" qui leur permet aussi de les fidéliser.

Mardi, France Télécom (Orange) a ainsi lancé un forfait mobile bloqué à l'attention des allocataires de minima sociaux (RMI, futur RSA...). D'un coût de dix euros par mois, il comprend 40 minutes de communication et 40 SMS. Selon l'opérateur, 3,8 millions de Français sont potentiellement concernés. SFR dit de son côté "travailler ardemment" à une offre sociale du même type, pour une sortie d'ici à l'été, tout en annonçant le lancement fin mai de nouveaux forfaits bloqués, à partir de 15,90 euros par mois pour 40 minutes d'appel.

Quant à Bouygues Telecom, il propose depuis janvier cette même durée de communication pour 14,90 euros. "Ce segment de marché, les opérateurs ne s'en étaient pas occupés et l'avaient laissé aux MVNO (Opérateurs mobiles virtuels, qui achètent des minutes en gros à un opérateur propriétaire du réseau, comme SFR ou Orange)", explique Edouard Barreiro, de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir. "Or, ils se rendent compte aujourd'hui que ce segment est quand même conséquent et que certains MVNO arrivent à gagner leur vie avec ces petits forfaits", ajoute-t-il.

Ce marché pourrait d'ailleurs croître avec le ralentissement économique, 26% des Français envisageant de passer à un forfait mobile moins cher, selon une étude du cabinet Bain & Company. Face à la crise, d'autres opérateurs européens font également des offres pour les plus démunis. L'Espagnol Telefonica propose ainsi jusqu'à fin 2009 une réduction des factures de certains abonnés chômeurs, pouvant aller "jusqu'à 50%", avec une limite de 20 euros par mois. Parmi les conditions: être abonnés depuis six mois.

Portugal Telecom a lancé une offre similaire pour ses clients au chômage depuis plus de six mois, avec un rabais maximal néanmoins fixé à 7,50 euros par facture de téléphonie fixe. Si le geste paraît philanthropique, il n'en est pas moins intéressé, les opérateurs cherchant à améliorer leur image tout en conservant leurs clients, dans un contexte de réduction des dépenses. Evoquant l'offre sociale d'Orange, Edouard Barreiro estime de la même façon qu'elle va lui "amener des consommateurs" qu'il pourra "fidéliser".

"Si Orange vous a démontré qu'il est un opérateur vertueux, quand vous ne serez plus au chômage, il vous revendra à vous et votre famille des forfaits plus gros", estime-t-il. Si l'UFC-Que Choisir salue tout de même cette initiative, l'association est en revanche hostile au projet de France Télécom d'"offre triple play (internet, téléphone, télévision) réservée aux plus démunis, à vingt euros par mois", en raison du risque de création d'un "monopole" sur ce segment. "Seul France Télécom est en mesure, sur le plan économique, de faire ce type d'offres", les "opérateurs alternatifs devant acquitter presque 10 euros par client et par mois à l'opérateur historique" pour avoir accès à son réseau, affirme l'association.

Pas en manque d'idées pour faire face à la baisse du pouvoir d'achat, l'opérateur français entend aussi commercialiser des mobiles d'occasion à partir de 10 euros pour les allocataires des minima sociaux. Une action qui se veut écologique et sociale, mais qui lui permettra aussi de réaliser des économies sur le montant qu'il prend d'ordinaire en charge quand un client achète un nouveau portable.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution