Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 5 Avril 2001 à 00:00

La "Trash TV " a de beaux jours devant elle

La nombreuse et parfois inquiétante descendance de "Big Brother" et "Survivor", qui ont consacré une nouvelle forme de "trash TV" (télé-poubelle), a encore de beaux jours devant elle, si l'on en croit la quantité de nouveaux "formats" présentés cette année au 38ème MIPTV, à Cannes.

Plusieurs sociétés de distribution et de production de "formats", ces programmes au cadre fixe (concept, durée) déclinés nationalement, ont fait le voyage au Marché international des programmes de télévision (MIPTV) de Cannes pour présenter et vendre aux télévisions du monde leurs nouveaux "concepts".

Le format n'est pas une nouveauté dans le paysage télévisuel mais, encore récemment, il se limitait aux jeux comme "La Roue de la fortune" ou "Le Juste prix". Son extension au "reality show" dans les années 90, avec "Big Brother" et "Survivor" et leurs audiences colossales, lui a donné un coup d'accélérateur.

"La télévision commerciale a considérablement contribué à l'uniformisation internationale des programmes", relève Dorte Wiedemann, directrice des ventes et du marketing chez Strix, une société suédoise spécialisée dans le format.

"En dix ans, dans les principaux pays occidentaux, les chaînes de service public, qui préfèrent toujours les programmes nationaux, ont cessé d'être les interlocuteurs privilégiés au profit des chaînes privées", ajoute-t-elle. Si un format "n'est pas toujours moins cher qu'un programme neuf" pour le diffuseur, note David Lyle, patron du divertissement chez Pearson Television, il a pour lui son succès international, qui est la meilleure des cartes de visite.

"On ne peut rester indifférent à un programme qui a déjà fait exploser l'audience dans une dizaine de pays", indique Dorte Widemann, dont la société distribue "The Bar", un format dans lequel douze personnes doivent tenir un vrai bar pendant trois mois sous l'oeil indiscret de caméras et de webcams.

Pourtant, le genre du format avec "personnages réels" (le plus enclin au voyeurisme et à la trash TV), du type "Big Brother", est sur le déclin. "Les gens en ont un peu assez de voir les mêmes personnes toute la journée, à la télé et sur internet. C'est drôle au début mais on finit par se lasser", déclare Jacob Houlind, directeur des ventes chez MTV International, une société danoise.

De nouveaux concepts vont donc faire leur apparition. "On va vers une augmentation des formats de fiction", pense Patty Geneste, pdg de la compagnie néerlandaise Absolutely Independant (Pearson "formate" d'ailleurs la légendaire série américaine des années 50 "I Love Lucy").

"Mais on va aussi rendre les reality shows plus psychologiques, moins violents", ajoute-t-elle. En d'autres termes, le "psychotainment" ajoutera de lumineuses explications freudiennes au comportement des quidams enfermés dans leur maison, bar, loft, île et yacht, ou autres divertissements.

Jacob Houlind s'oriente plutôt vers la surenchère. "En fait, ce qui lasse, dans ces reality shows c'est que cela se passe toujours dans des endroits artificiels.

Maintenant, il faut suivre les gens chez eux", estime-t-il. MTV International a donc mis au point "The Big game", qui sera sur les écrans scandinaves à l'automne prochain, et dans lequel les concurrents mettront leur vie entière dans les mains des producteurs et réagiront aux événements décidés par ces derniers.

"Nous irons plus ou moins loin dans la provocation selon les pays", promet Jacob Houlind. N'est-ce pas cela, la trash TV ? "Je l'accepte. C'est une politique. On ne peut pas s'empêcher de regarder un tel programme".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution