Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 15 Mai 2009 à 00:00

La cure de jouvence du télescope Hubble a commencé

Deux astronautes de la navette américaine Atlantis ont achevé avec succès jeudi la première sortie orbitale destinée à prolonger la vie du télescope Hubble, une mission ponctuée de tracas mineurs, mais dont la gestion est toujours délicate à 600 km de la Terre.

L'astronome John Grunsfeld, 50 ans, et le géologue Drew Feustel, 43 ans, vêtus de leurs épais scaphandres blancs si caractéristiques de l'aventure spatiale, ont passé sept heures et vingt minutes en apesanteur, soit sensiblement plus que prévu. Les deux hommes avait commencé leur travaux à 12H52 GMT. Il s'agissait de la première des cinq sorties orbitales programmées dans le cadre de la mission des sept astronautes d'Atlantis, qui doit durer 11 jours. "C'est un grand jour pour Hubble", a déclaré John Grunsfeld, qui effectue sa troisième mission sur le télescope.

"Plutôt génial", s'est exclamé Drew Feustel, novice dans l'espace, émergeant de la navette derrière son collègue. Trois tâches attendaient les deux hommes, qui ont reçu l'assistance du bras robotisé d'Atlantis manipulé par l'astronaute Megan McArthur. Ils ont d'abord remplacé une caméra, la Wide Field Planetary Camera-2, vieille de 16 ans, par une autre, plus moderne (Wide Field Camera-3). Ce nouvel appareil à champ large est conçu pour scruter encore plus loin les profondeurs de l'espace et étudier le comportement de l'univers 500 à 600 millions d'années après le Big Bang.

Le changement ne s'est pas fait sans quelques difficultés: deux pièces servant à fixer la vieille caméra ont été difficiles à ôter, contraignant les astronautes à tester différents outils avant de trouver celui capable de dénouer la situation. Bilan de l'opération: 30 minutes de retard sur le programme prévu. L'équipe a également connu une petite frayeur quand un rivet s'est glissé hors d'un sac à outils et a commencé à dériver dans l'espace, avant d'être rattrapé in extremis par John Grunsfeld.

Autre difficulté: les deux hommes ont dû éviter un dégagement de poussière provenant de la navette, dont la Nasa craignait qu'il ne vienne salir les optiques du télescope. "Cela ressemblait à de la poussière, mais ce n'est pas très grave", a dit M. Feustel à la mission de contrôle de la Nasa, à Houston (Texas, sud). Les deux hommes ont ensuite remplacé, en 90 minutes et cette fois sans difficulté, l'ordinateur de Hubble, qui avait connu une panne en septembre. "Joli travail", a commenté Houston.

L'équipe a enfin mis en place un dispositif permettant d'attacher au télescope de futurs véhicules spatiaux, comme un robot équipé d'un moteur qui permettrait de contrôler la trajectoire de Hubble au moment de son retour sur Terre. Les responsables de la mission espèrent que les réparations effectuées sur Hubble prolongeront son existence de cinq ans pour permettre d'achever et de lancer un successeur plus moderne, le télescope James Webb. Lancée lundi, Atlantis s'était emparée mercredi de Hubble.

Les astronautes ont trouvé le télescope en bon état, malgré quelques signes de fatigue. L'engin spatial, fruit d'une collaboration entre la Nasa et l'Agence spatiale européenne (ESA), a été placé en orbite le 25 avril 1990 et a transmis plus de 750.000 images spectaculaires des confins du cosmos et des millions de données, ouvrant une nouvelle ère en astronomie.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution