Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 20 Mai 2009 à 00:00

Levée de boucliers contre la publicité pour l'alcool sur internet

Quatorze organisations et huit personnalités, dont l'ancien ministre Claude Evin, ont signé une "lettre ouverte" au président de la République pour s'opposer à l'autorisation de la publicité pour l'alcool sur internet, mesure contenue dans la loi Bachelot en discussion au Sénat.

"8 Français sur 10 sont opposés à la publicité pour l'alcool sur internet", a souligné mardi devant la presse le porte-parole des signataires, le professeur de santé publique Gérard Dubois. Pour le Pr Albert Hirsch, vice-président de la Ligue contre le cancer, il s'agit de "dénoncer devant une opinion publique acquise une attitude incompréhensible du gouvernement". "L'horloge des dégâts sociaux et des morts est en marche", a-t-il mis en garde. "Nous ne sommes pas des ayatollahs qui rêvent d'une prohibition à la française", a précisé le cancérologue Maurice Tubiana. "Notre position est celle d'une très forte inquiétude devant la montée de l'alcoolisation chez les jeunes", a-t-il dit.

Le projet de loi "Hôpitaux, patients, santé et territoires", adopté en mars par l'Assemblée nationale et actuellement en discussion au Sénat, interdit toute vente d'alcool et de tabac aux moins de 18 ans, ainsi que la vente d'alcool au forfait (open-bar). Mais d'un autre côté, un amendement adopté par les députés et soutenu par le gouvernement vise à autoriser la publicité pour les boissons alcoolisées sur internet. Un aménagement -réclamé par le secteur viticole- de la loi Evin de 1991 qui n'avait pas prévu à l'époque ce support.

La sénatrice de La Réunion Anne-Marie Payet (Union centriste) a indiqué qu'elle présenterait "un amendement de suppression de la publicité pour l'alcool sur internet". "Le Sénat a encore son mot à dire", a-t-elle ajouté, évoquant néanmoins la possibilité, pour les professionnels du secteur viticole, de faire la promotion de leurs produits sur leur propre site. Une concession qu'avaient acceptée les associations de lutte contre l'alcoolisme lors de la discussion à l'Assemblée. "On est dans une urgence de santé publique", a déclaré le Pr Claude Got, pour qui "il ne faudra pas s'étonner d'avoir des dégâts" si on laisse entrer la publicité dans un média "exceptionnellement puissant".

Les spécificités d'internet -interactivité et possibilité de "cibler" l'internaute- en font "le paradis des annonceurs", a expliqué le spécialiste de la toile Matthieu Van Nek. 58% des foyers français ont accès à internet, a-t-il souligné. Pour le Pr Dubois, les mesures de restriction prévues pour les sites destinés à la jeunesse ou les sites sportifs sont "juste un peu de gaz anesthésiant" et n'auront aucune efficacité pour protéger les jeunes. "Nous ne voulons pas de la publicité sur internet, nous ne voulons pas de vente d'alcool dans les stations-service", a-t-il martelé.

L'alcoologue Philippe Batel, les députés Yves Bur (UMP) et Jean-Marie Le Guen (PS), et Roger Nordmann de l'Académie de médecine, ont également signé la lettre. Parmi les organisations, figurent des associations de lutte contre l'alcoolisme ainsi que des organismes de santé publique (Mutuelle des étudiants, Ligue contre la violence routière, Ligue nationale contre le cancer, Société française de santé publique, Union nationale des associations familiales...).
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution