Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mercredi 3 Juin 2009 à 00:00

Diversité: France Télévisions installe un comité pour faire avancer le dossier

Le président de France Télévisions, Patrick de Carolis, installera mercredi un comité permanent destiné à promouvoir la diversité ethno-culturelle à l'écran et au sein du groupe public, un chantier qui s'annonce difficile au regard du retard de la France sur ce sujet.

Annoncé depuis décembre 2008, le comité sera présidé par Hervé Bourges, 75 ans, ex-patron de TF1, France 2, France 3 et du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), et membre de l'observatoire de la diversité créé en 2008 par la haute autorité audiovisuelle. En installant ce comité, Patrick de Carolis souhaite que le groupe "passe à la vitesse supérieure" pour que les écrans puissent "refléter la société française dans toute la réalité de sa diversité". "Il a pris une véritable décision politique car il se rend compte que le travail est énorme. Le milieu de la télévision est endogamique. Or si la télé reflétait mieux la société française dans sa diversité, ça ferait avancer tout le reste", a déclaré Hervé Bourges à l'AFP.

Le comité sera composé à parité d'experts, de personnalités issues de la société civile et de collaborateurs de France Télévisions. Dominique Sopo de SOS Racisme, Sihem Habchi de Ni putes ni soumises, l'écrivain Tahar Ben Jelloun, la journaliste de France 3 Audrey Pulvar devraient y figurer, selon une source proche du dossier. Ils seront chargés de "mettre en place des indicateurs de suivi" et d'aider le groupe à promouvoir la diversité tant à l'écran que dans l'entreprise. Un rapport annuel devra être présenté au Conseil d'administration de France Télévisions, puis au CSA.

La loi sur l'audiovisuel de mars 2009 demande au service public de nouvelles obligations en matière de diversité. Amirouche Laïdi, le président du Club Averroès, qui défend la diversité dans les médias, craint que ce comité ne soit qu'un "repoudrage cosmétique" alors que France Télévisions a déjà un "Monsieur diversité" depuis 5 ans. Or ce "Monsieur diversité", Edouard Pellet, affirme qu'il a été "mis au placard", ce que la direction dément, et a attaqué en justice M. de Carolis pour discrimination. Le chantier s'annonce quoiqu'il en soit long et difficile, plusieurs rapports ayant pointé le retard des médias français par rapport aux pays anglo-saxons.

En novembre 2008, le CSA avait dénoncé une situation "inacceptable", stigmatisant la place réduite que les chaînes accordent aux "non-blancs". "Il y a eu beaucoup de belles paroles mais peu de résultats", résume Rachid Arhab, chargé de la diversité au CSA. Il concède des "améliorations ponctuelles" depuis peu mais "elles doivent devenir quotidiennes", par exemple au sein des journaux télévisés, "très stéréotypés". Selon lui, les rédactions ont "pris conscience du problème" et certains points peuvent être rapidement corrigés, comme la prise en compte de témoignages de gens de couleur dans les reportages d'actualité.

Avoir davantage de présentateurs de couleur prendra plus de temps. "Il faudrait recruter davantage de talents dans ce secteur", explique Hervé Bourges, précisant qu'il est "opposé aux quotas". Mais c'est dans la fiction que tout, ou presque, reste à faire, dans le choix des comédiens comme dans le traitement des sujets. En dehors de quelques téléfilms à succès ("Tropiques amères", "Aïcha"...), la fiction "est diverse quand elle diffuse des séries américaines", relève ainsi Rachid Arhab. "Les gens de couleur doivent cesser de jouer des femmes de ménage, des voyous ou des mulets", souligne Hervé Bourges, qui montre en exemple "24 heures" ou "Urgences".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution